Ce voleur qui… nous a quittés un 3 décembre 1994

Il y a 23 ans jour pour jour mourrait assassiné Saïd Mekbel, journaliste et directeur du quotidien le Matin.

Apprécié par ses lecteurs et par ses confrères, Saïd Mekbel se savait menacé par le Groupe islamique armé (GIA), et vivait constamment sur ses gardes.

Le jour de son assassinat, le 3 décembre 1994, il publiait cette ultime chronique sur le Matin, dans laquelle il résumait parfaitement le quotidien des journalistes sous le joug du terrorisme.

Ce voleur qui…

Ce voleur qui, dans la nuit, rase les murs pour rentrer chez lui, c’est lui.

Ce père qui recommande à ses enfants ne de pas dire dehors le méchant métier qu’il fait, c’est lui.

Ce mauvais citoyen qui traîne au Palais de justice, attendant de passer devant les juges, c’est lui.

Cet individu pris dans une rafle de quartier et qu’un coup de crosse propulse au fond du camion, c’est lui.

C’est lui qui, le matin, quitte sa maison sans être sûr d’arriver à son travail. Et lui qui quitte le soir son travail, sans être certain d’arriver à sa maison.

Ce vagabond qui ne sait plus chez qui passer la nuit, c’est lui.

C’est lui qu’on menace dans le secret d’un cabinet officiel, le témoin qui doit ravaler ce qu’il sait, ce citoyen nu et désemparé…

Cet homme qui fait le vœu de ne pas mourir égorgé, c’est lui.

Ce cadavre sur lequel on recoud une tête décapitée, c’est lui.

C’est lui qui ne sait rien faire de ses mains, rien d’autre que ses petits écrits, lui qui espère contre tout, parce que, n’est-ce pas, les roses poussent bien sur les tas de fumier.

Lui qui est tous ceux-là et qui est seulement journaliste.

Said Mekbel