Vendredi 117 : Un record de la répression policière

90 citoyens algériens ont été présentés aujourd’hui 16/05/2021 devant les instances judiciaires de leurs wilayas respectives, selon le collectif de défense des détenus d’opinion, 13 d’entre eux ont été placés en garde à vue, accusés d’avoir essayé de manifester durant le vendredi 117 du Hirak, aucune accusation officielle n’a pour l’heure été prononcée à leur encontre.

23 wilayas ont été touchées ce vendredi par une énorme vague de répression, ouverte et assumée contre le Hirak, le jour meme, vendredi 14/05/2021, plus de 800 arrestations ont été recensées dans les 23 wilayas concernées, à l’instar d’Alger, et Bourdj Bouariridj ..

Selon des médias algériens (interlignes) 47 manifestants ont été présentés à Alger dont 34 devant le tribunal de Bab El Oued (Bainem) et 13 devant le tribunal de Sidi M’hamed. A Setif, L’avocat Abed Souar a indiqué que 24 manifestants ont été présentés.

Selon les avocats, six manifestants ont été placés sous mandat de dépôt à Alger dont quatre par le tribunal de Bainem et deux par le tribunal de Sidi M’hamed jusqu’à présent. Cinq autres ont été écroués à la wilaya de Bordj Bou Arreridj. Deux manifestants ont été placés en détention à la wilaya d’El Bayadh et Constantine.

Le cas de Kenza Khatto, journaliste Radio M et en garde à vue depuis vendredi, est représentatif de la situation de la justice dans le pays, elle couvrait normalement la manifestation du vendredi 117, quand soudain, 5 ou 6 agents de police l’ont violemment interpelée, ses lunettes ont été cassée, des ecchymoses sur le corps, et un interrogatoire qui va durer jusqu’à minuit.

 

D’après son avocate, maitre Zoubida Assoul, la jeune femme exténuée, a été forcée à mettre ses empruntes en guise de signature sur procès verbal qu’elle n’a même pas lu.