Santé : un projet d’un hôpital de 200 lits à Ouargla, n’a pas été concrétisé pour cause de « bureaucratie »

Un projet d’investissement pour la construction d’un hôpital de 200 lits à Ouargla, sur fonds propres d’un montant de 5 milliards DA proposé par un opérateur, n’a pas été concrétisé pour cause de « bureaucratie ».

C’est ce qu’a annoncé Mohammed Taffarte, président de la Fédération de la santé, au cours d’une commission de la confédération algérienne du patronat, ce jeudi, durant laquelle, des représentants de ladite confédération ont remis une série de propositions au président de la Commission des affaires économiques, du développement, de l’industrie, du commerce et de la planification de l’Assemblée populaire nationale (APN), Nabil Louhibi, en vue de contribuer à la relance de l’économie nationale.

Au cours de cette audition, une soixantaine de propositions auraient été prononcées ayant pour but d’aider la relance de l’économie nationale.

Aussi, Le président de la Fédération de la santé, Mohammed Taffarte, a soulevé des « entraves » qui empêchent selon lui les opérateurs algériens de travailler avec leurs fournisseurs étrangers avec « la fluidité que ces derniers privilégient ».

Bureaucratie, administration lente et très peu réactive, ce sont là des procédés antagonistes à notre époque, avait alors expliqué Mohamed Taffarte.

De son côté, le président de la Fédération de l’agroalimentaire, Khaled Belbel, a insisté sur la nécessité de soutenir la production nationale, affirmant que les industriels de l’agroalimentaire veulent produire localement et se lancer dans l’exportation.

Le président de la Commission parlementaire, Nabil Louhibi, a appelé les membres de la CAP à établir des plans de travail avec des projections sur 5 à 10 ans, tout en rappelant que les chantiers prioritaires des autorités publiques visent à permettre aux grandes entreprises d’exporter en Afrique ou dans d’autres pays.