Lettre ouverte à Monsieur le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies et à son Haut-Commissaire aux Droits Humains Mme Michelle Bachelet

Par: Les collectifs Les révolutionnaires libres, Union pour l’Algérie

Vos Excellences,

Voilà plus de 17 mois déjà que nous avons entamé à travers des plaintes
successives des tentatives de vous interpeller sur la situation des droits
humains en Algérie. Mais, à notre grand regret à ce jour et ce malgré des
violations graves et avérées perpétrées par un régime militaire dictatorial,
vous n’avez pas daigné ne serait-ce que tenter de vous informer sur le
bienfondé de nos plaintes, et bien pire encore par votre silence vous semblez
détourner vos regards sur une situation qui ne cesse de se dégrader.
En effet, si le pouvoir militaire en Algérie est encouragé par le mutisme de
beaucoup de pays qui se réclament des valeurs universelles des droits de
l’homme, et de démocratie sous prétexte de non-ingérence dans les affaires
internes du pays, que dire alors de l’absence de réaction d’une institution
internationale telle que celle que vous dirigez et dont le rôle premier est
d’interpeller tout pays qui en est membre, comme le nôtre, sur une
quelconque dérive en matière de justice ou d’atteintes graves aux droits
humains.

Cette complicité qui ne dit pas son nom galvanise le pouvoir en
place qui, pandémie aidant, a fermé tous les espaces d’expression, restreint
les libertés fondamentales telles que celles de circuler ou de protester. Il se
complait dans ce huis clos imposé au peuple algérien pour réprimer,
violenter, arrêter, emprisonner sous des prétextes fallacieux que n’auraient
pas renié les pires dictatures du siècle passé (comme celle de Pinochet au
Chili dont Mme Bachelet est originaire).
Les nombreuses violations à la constitution algérienne censée être le socle fondamental de nos lois et notamment celles garantissant les libertés individuelles et collectives dénaturent complètement ce texte, et l’ont rendu à géométrie variable et malléable entre les mains de la dictature. Cette dernière, comble de l’ironie, et après un simulacre d’élections présidentielles largement boycottées par le peuple algérien à l’issue desquelles elle a désigné un président illégitime, s’apprête à organiser un pseudo référendum sur une révision de la constitution qui va renforcer les pouvoirs d’un président entre les mains d’un pouvoir occulte.
Un texte pensé et écrit par une poignée d’individus déclarés
“constitutionnalistes” et très peu débattu car rejeté d’emblée par la
population. Ce pouvoir bat le rappel d’associations et autres institutions à sa
botte pour convaincre le peuple algérien à adouber un ersatz de constitution
pour soi-disant asseoir les bases d’une “Nouvelle Algérie”.

Aussi le président désigné ne s’encombre-t-il pas de mensonges et déni de la réalité, en affirmant dans des tribunes étrangères qu’il n’y a aucun détenu d’opinion en Algérie, rabaissant ainsi les militants, activistes et simples
citoyens emprisonnés à des prisonniers de droit commun. Il proclame à qui
veut bien l’entendre que les règles de justice de démocratie et de libertés
sont désormais consacrées en Algérie, alors que la répression ne cesse de
s’abattre sur tout citoyen ayant une voix discordante du régime. Pire encore,
l’on assiste à une inquisition qui ne dit pas son nom et digne du moyen âge
puisqu’un activiste du Hirak (le mouvement révolutionnaire du peuple
algérien) vient d’être condamné à dix années de prison !!! et une lourde
amende pour délit “d’athéisme” au simple motif, qu’il a été trouvé en son
domicile une page déchirée d’un vieil exemplaire du Coran.
La mort d’une jeune adolescente brûlée vive après avoir été violée par son
assaillant, a fait l’objet d’un réquisitoire inique par un avocat officiant au
niveau du Ministère de la justice, qui affirmait que son assassinat était dû a
ses mœurs douteuses et à la mauvaise éducation reçue de ses parents.
Cette réaction honteuse et inacceptable de justifier un mettre odieux d’un
être humain a été reprise par un professeur en pédiatrie et a déchaîné les
passions sur les réseaux sociaux. Des marches de protestation a travers
plusieurs villes d’Algérie et à l’étranger ont été organisées pour dénoncer des
féminicides abjects et interpeller le pouvoir.
La nonchalance complice des autorités a quelque part déclenché d’autres
meurtres similaires ces derniers jours.
Tout ceci n’est possible que par le silence assourdissant au niveau
international et plus particulièrement celui des Nations Unies garantes des
libertés des peuples.
Aujourd’hui tout citoyen algérien vit sous la menace d’une arrestation pour
un simple écrit sur les réseaux sociaux, et autres motifs futiles dont ne
s’embarrasse plus une justice aux ordres. Les avocats ont récemment
observé une grève de deux jours à travers tout le territoire national pour
dénoncer les dérives graves d’une justice aux ordres. Cette même justice,
qui par la voix du syndicat des magistrats s’inquiète d’une mainmise totale
sur toutes les juridictions du pays a un point tel qu’elle a été surnommée
“Justice du téléphone” puisque les sentences sont dictées par une police
politique plus que jamais déchaînée.
Plusieurs voix s’élèvent en Algérie et à l’étranger, pour dénoncer avec
vigueur toutes ces atteintes aux droits les plus élémentaires des algériens
(ci-joint une déclaration très récente d’un célèbre avocat Maître Mokrane Ait
Larbi, qui nous renseigne sur l’état de déliquescence atteint par notre pays
en matière de justice).

Si un rapporteur spécial indépendant consulté par le Haut-Commissariat aux
droits humains a fait un constat sévère sur la situation des droits de l’homme
en Algérie, et que le comité relatif aux détentions arbitraires a dans son
compte rendu du 30 Août 2020, dénoncé le jugement prononcé contre un ex-
détenu du Hirak Mr. Messaoud Leftissi et a exigé sa réhabilitation, il n’en
demeure pas moins que votre absence de réaction officielle nous interpelle,
et génère un grand nombre de questionnements quant à votre rôle de
défenseur suprême des droits de l’homme.
Vos excellences, qu’attendez-vous pour dénoncer une dictature, qui sévit
plus que jamais et qui bâillonne les voix de dizaines de millions de citoyens
? Comment pouvez-vous expliquer votre politique de deux poids et deux
mesures, quand il s’agit d’un autre pays tel que la Biélorussie pour lequel
vous avez été prompts à dénoncer une élection truquée, et une répression à
l’encontre des citoyens biélorusses ? Sans vouloir minimiser la révolution
biélorusse qui s’étend. Nous pouvons vous assurer que la révolution
algérienne est aussi digne sinon davantage de votre intérêt.
Nous sommes confiants, que cet énième appel ne pourra et ne devra rester
sans réponse adéquate de votre part.
Veuillez accepter vos excellences nos sincères salutations respectueuses.
N.B. Declaration de Maître Mokrane Ait
Larbi avocat au barreau d’Alger.
https://www.lematindalgerie.com/mokrane-ait-larbi-des-dizaines-de-prisonniers-
politiques-sous-lere-de-nouvelle-algerie
L’avis adopté par le GTDA du haut commissariat des droits de l’homme concernant la
détention arbitraire de M. Messaoud Leftissi et demande au gouvernement Algérien
d’appliquer certains nombre de mesures pour remédier sans tarder à sa situation.
https://www.ohchr.org/…/A_HRC_WGAD_2020_53_Advance