Les “officiels” du gouvernement algérien rendent hommage à Lakhder Bouregaa

Plusieurs personnalités nationales et partis politiques ont rendu jeudi un vibrant hommage au moudjahid et membre du Conseil de la wilaya IV historique, Lakhdar Bouragaa, décédé mercredi soir à l’âge de 87 ans.

Ainsi, de hauts responsables de l’Etat et des partis politiques ont adressé des messages de condoléances à la famille du défunt et exprimé leur tristesse d’apprendre le décès d’un homme de la trempe de Lakhdar Bouragaa.

C’est le cas notamment du président du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil, qui a estimé, dans son message de condoléances, que l’Algérie a perdu un “moudjahid loyal” et un “symbole de la lutte de libération nationale”.

“En cette triste et douloureuse épreuve pour vous et pour tous ses compagnons d’arme qui le comptent parmi les héros nationalistes fidèles au message des chouhada, je ne puis que m’incliner avec déférence devant leurs immenses sacrifices pour que l’Algérie puisse jouir de son indépendance et concrétiser le message éternel de novembre”, a-t-il ajouté.

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a indiqué dans un message similaire, que le défunt “s’est acquitté pleinement de son devoir au service de la patrie en tant que militant et combattant”, soulignant qu’en “ces jours bénis de novembre, le destin a décidé de nous séparer de celui qui s’est acquitté pleinement de son devoir au service de la patrie en tant que militant et combattant pour recouvrer la souveraineté de son pays et le libérer du joug colonial haineux”.

Pour sa part, le Général de Corps d’Armée, Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a présenté, en son nom et au nom de l’ensemble des personnels de l’ANP, ses “sincères condoléances” et exprimé sa “profonde compassion” à la famille et aux proches du défunt.

De son côté, le ministre des Moudjahidine et des Ayant-droits, Tayeb Zitouni, a qu’avec la disparition de Lakhdar Bouregaa, l’Algérie perd “un de ses hommes dévoués et un commandant et héros de la Guerre de libération nationale”.

Le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Ammar Belhimer, a adressé, quant à lui, un message de condoléances à la famille du moudjahid dans lequel il a salué le “courage” et le “patriotisme” du défunt et mis en avant son parcours militant et sa défense des droits et libertés.

“Le courage, le patriotisme et la compétence du regretté sont des qualités déterminantes ayant permis sa progression dans l’action militaire lors de la Révolution nationale jusqu’à atteindre, avec mérite et brio, le grade de commandant au sein de l’Armée de libération nationale (ALN)”, a écrit le ministre dans son message.

De son côté, le parti du Front de libération nationale (FLN) a écrit dans un message de condoléances que “la disparition de ce grand homme n’est pas seulement une perte pour sa famille et ses proches, mais pour l’Algérie toute entière et pour les causes justes pour lesquelles le défunt avait milité durant tout son vécu, dont la cause palestinienne”.

Pour sa part, le parti de Talaï El-Houriyet a présenté ses “sincères condoléances” à la famille de Lakhdar Bouragaa et exprimé sa “profonde tristesse” suite à l’annonce de la nouvelle du décès de ce moudjahid.

Né en 1933 à El Oumaria dans la wilaya de Médéa, Lakhdar Bouragaa a déserté l’armée française où il passait son service militaire pour regagner les rangs de l’ALN  (wilaya 4). Il sera chef de zone 2 de 1959 à 1960, ensuite membre du dernier conseil de la wilaya 4 avant l’indépendance avec le grade de commandant.