Le président arménien Armen Sarkissian : « L’avenir des états ne sera plus dicté par le pétrole ou l’or, mais par la connaissance »

Dans le cadre du 17eme sommet de la francophonie, que l’Arménie a abrité cette année  (11-12 octobre 2018 Erevan – Arménie) le président arménien Armen Sarkissian a abordé dans un entretien accordé à Casbah Tribune, plusieurs questions « d’actualité, politique, économie, culture, ou encore de l’histoire … » en donnant sa vision future d’une éventuelle collaboration avec l’Algérie…

Propos recueillis par Khaled Drareni :

«  Bien sur que c’est important pour nous d’être les hôtes d’un tel événement, c’est d’abord pour nous une reconnaissance mondiale, plus particulièrement à travers le monde « francophone » qui suit cette manifestation avec attention, et puis notre pays tend à devenir une plateforme culturelle, et un membre actif de la communauté internationale, afin de développer des relations culturelles, politiques… avec les autres pays »

Le président Arménien a rappelé historiquement la place de la langue française dans son pays, une langue qui était déjà enseignée à l’époque de l’union soviétique, après l’arménien, et le russe…

Le président Armen Sarkissian ajoute que la francophonie « est bien plus qu’une histoire de langue… Il déclare : «  la francophonie n’est pas seulement à propos de la langue elle-même, c’est bien plus englobant que cela, c’est avant tout une culture, un savoir faire, un savoir vivre… »

Concernant les relations de l’Arménie avec les pays du Maghreb, et l’Algérie plus particulièrement, le président arménien a déclaré :

«  Notre devise est : Arménie : petit état mais grande nation… et partant de ce postulat, nous devons échanger avec le plus de pays possible, et garantir nos intérêts… les arméniens vivent un peu partout dans le monde, et dans la région africaine et du Maghreb, nous avons pendants des siècles existés, notamment en Egypte, et par extension dans quelques pays du Maghreb, dont l’Algérie… certes le nombre n’est pas titanesque, mais la qualité des personnes prime sur la quantité… » Avant d’ajouter : « si on se réfère au fait que nous soyons le seul pays à avoir des relations particulières avec l’union européenne et l’union eurasiatique, nous devons profiter de cette posture avantageuse, et travailler étroitement avec des pays comme l’Algérie, qui doit jouer elle aussi un role déterminant en tant que puissance régionale »

«  Nous avons développé au fil du temps une véritable expertise dans le domaine des nouvelles technologies, nous sommes très proches notamment de la « sillicon-valley, USA », et nous pouvons de ce fait apporter des solutions dans ce sens aux entreprises algériennes, ou même au gouvernement, en termes de gestion financière, grâce à la rapidité de nos procédés technologiques, mais aussi nous souhaitons et devons développer nos relations politiques, et aussi dans le domaine du tourisme, j’ai moi-même beaucoup voyager dans ma vie, avant d’être président, et j’aimerai que mes concitoyens aillent visiter des pays comme ceux du Maghreb, ce qui pose une éventuelle coopération dans le domaine du tourisme, donc oui nos relations avec l’Algérie doivent et vont être développées dans le futur… »

Le président Armen Sarkissian, s’est aussi exprimé sur les changements radicaux que connait notre monde, notamment concernant les nouveaux models économiques, pour lui le pouvoir de demain sera une « résultante cérébrale » et non une économie basée sur le pétrole…

« Aujourd’hui, les plus grandes compagnies dans le monde  ne sont plus Total, ou British Petrolium, mais c’est plutôt Google, Apple, Facbook… c’est un monde complètement différent …le challenge de nitre époque est celui de développer l’éducation, l’économie, pour améliorer les recherches en fonction du 21eme siècle. »

Suite de l’entretien en vidéo: