Le journaliste Adlene Mellah remis en liberté provisoire en attendant son procès

Le journaliste Adlene Mellah a été remis en liberté provisoire ce jeudi 22 novembre 2018 par le tribunal Abane Ramdane, en attendant son procès le 07 février 2019, a-t-on appris auprès de l’un de ses avocats, Amine Sidhoum.

Adlène Mellah, journaliste et éditeur de sites d’informations, dont “Dzair Press”, était en détention depuis le 22 octobre suite à des plaintes déposées contre lui par le groupe Ennahar, le wali d’Alger et le groupe Condor.

Selon ses avocats, les charges retenues contre lui sont la “diffamation” et “l’atteinte à la vie privée”.

Il est à noter que dans cette affaire, les plaintes et les chefs d’accusation se fondent sur des articles de presse pour mettre en cause le journaliste. Lors de son audition, selon l’un de ses avocats, Adlène Mellah n’a été questionné que sur son travail. Le premier article évoqué concerne une affaire d’acquisition de biens immobiliers par le wali d’Alger, paru en septembre. Le deuxième article a pour sujet des accusations de spoliation de terres agricoles à l’encontre du groupe Condor. La question d’une campagne appelant sur les réseaux sociaux à la fermeture de la chaîne Ennahar a également été soulevée pendant l’interrogatoire. Les gendarmes ont enfin voulu connaître les relations de Adlène Mellah avec le blogueur Amir DZ, de son vrai nom Amir Boukhors, un cybermilitant aujourd’hui réfugié en Allemagne.