Lafarge admet des “erreurs inacceptables” en Syrie

En juin dernier, le groupe Lafarge aujourd’hui LafargeHolcim avait fait l’objet d’une enquête pour financement d’entreprise terroriste et mise en danger de la vie d’autrui. Le géant cimentier français aurait fait don de plus de plus de 5 millions de dollars à des factions armées en Syrie entre 2012 et 2014 dont plus de 500.000 dollars au groupe Etat Islamique avait révélé le journal français Le canard enchaîné le 20 septembre dernier.

Dans une interview publiée le 3 décembre sur le journal français Le Figaro, Beat Hess, président du conseil d’administration du groupe s’est exprimé sur le sujet et a avoué : « Il y a eu des erreurs inacceptables que le groupe regrette et condamne. C’est certes plus facile à dire avec le recul, mais le groupe s’est sûrement retiré trop tard de Syrie. Tout cela aurait dû être évité ».

Il a ajouté qu’il était prêt à pleinement collaborer avec la justice française pour la résolution de cette affaire : « C’est une phase difficile. Mais j’ai pleinement confiance dans la justice française. Si nous pouvons l’aider, nous le ferons. Nos portes sont ouvertes ».