La peinture m’a permis d’être plus ‘’femme’’. Rencontre avec une artiste algérienne, autodidacte, qui se bat pour son art

Feriel Dahmane est une jeune femme algérienne, qui vit à Alger, aujourd’hui artiste consacrée à son art, il lui aura fallu plusieurs années pour pouvoir enfin exposer son talent (autodidacte) de peintre.

Chargée de communication interne, et chargée d’événementiel, Feriel est une femme active dans la société, membre de plusieurs association caritatives, aujourd’hui elle expose ses toiles au palais de la culture Moufdi Zakaria, un moment de reconnaissance, de partage en famille, et de rencontre avec les aficionados de l’art plastique, mais c’est surtout pour elle, une petite consécration, un petit gout de revanche, tant le chemin a été long et difficile rien que pour pouvoir emprunter un itinéraire artistique, un microcosme fermé, un cercle privilégié, qui ‘’ en général’’ n’est disponible que pour les diplômé de l’école des beaux arts.

Rencontre avec une artiste passionnée, et une femme déterminée : ( en photos)

Feriel Dahmane

Pourquoi ca te tiens tant à cœur de faire cette exposition durant la semaine coïncidant avec la journée international de la femme ?

Parce que je suis une femme ( rires..) et justement le fait d’être une femme en Algérie est très souvent compliqué, surtout si la femme en question a des ambitions, des rêves à réaliser, j’ai rencontré beaucoup d’obstacles, administratif, et culturaux aussi..

Feriel Dahmane

Est-ce que aujourd’hui l’artiste en toi a enfin rencontré la femme que tu es pour ne faire plus qu’un(e) ?

C’est à travers la peinture que j’ai pu m’épanouir, cela m’a donné beaucoup de courage, beaucoup de patience, ca m’a complètement changé, je m’évade complètement quand je peins, je peux rester des heures entières, toute la nuit à peindre, la peinture m’a permis d’être plus ‘’femme’’

Feriel Dahmane

Qu’est ce que c’est que d’être une artiste autodidacte ?  

En Algérie si on n’a pas fait l’école d’art, ce n’est pas évident de trouver des formations en art plastique, une école qui soit agréé par l’état, or que, la ou tu vas on te demande un diplôme agréé par l’état, c’est un cercle vicieux, on ne peut pas prétendre à la carte d’artiste, et tout ca, par transition ne nous permet pas d’exposer notre travail, car nous avons l’obligation d’exposer dans des galeries étatiques. Il m’a fallu trois ans de combat pour arriver à ce jour la, exposer au palais de la culture.

Feriel Dahmane

Quels sont tes projets ?

J’en ai plein

Faire ma propre exposition, rien que mes tableaux, Je veux aussi exposer à l’étranger, et surtout créer une école d’art pour les enfants. Avant d’être artiste, je suis une personne sensible, empathique,  j’aime les enfants, et comme je fais partie de plusieurs associations caritatives, j’ai été au contact au fil des années avec des enfants malades. Mon souhait le plus cher, est de créer une école d’art pour enfants malades, donner leurs chances aux enfants malades

Feriel Dahmane

Quels sont tes inspirations ?

Je suis spécialisée dans le cubisme et l’art africain, je suis attirée par la culture et les traditions africaines, le cubisme c’est à travers plusieurs années de recherches, et beaucoup, beaucoup de dessins, que je me le suis un peu approprié, à ma manière, en essayant de créer quelque chose qui me ressemble. J’aime les couleurs, les couleurs chaudes, africaines, c’est à travers ces couleurs que j’essaie de transmettre des messages d’espoir, de joie et d’épanouissement.

Feriel Dahmane

Comment doit-on interpréter tes tableaux ?

Je préfère laisser libre court à l’imagination des gens pour traduire et essayer d’expliquer mes tableaux, mais dans la majeure partie du temps, il s’agit de messages d’espoir. J’ai aussi réalisé des tableaux pour des personnes, famille, amis, ou autre, et j’ai peins selon les envies, les souhaits, mais aussi les doutes de chacun.

Feriel Dahmane