Coup d’envoi lancé, et le bras de fer avec la FIFA aussi – La Super League Européenne officiellement crée

C’est un véritable Tremblement de terre auquel le football européen devra faire face dans les heures, les jours, voir les mois qui viennent.

Redoutée par beaucoup, c’est désormais officiel, dimanche soir 12 des clubs européen les plus importants ont décidé de s’allier pour créer une super-ligue, une super compétition susceptible de venir taquiner et de concurrencer sa grande sœur la ligue des champions.

12 clubs « fondateurs » parmi lesquels certains pensaient déjà à ce projet depuis 2009.

3 espagnols, 3 italiens, et 6 anglais

Le Real Madrid, le FC Barcelone, l’Atlético de Madrid, la Juventus Turin, l’AC Milan, l’Inter Milan, Liverpool, Manchester United, Manchester City, Chelsea, Tottenham et Arsenal

Des absents, il y en a : le PSG, ainsi que le Bayern de Munich ont dit non ! Une décision saluée par l’UEFA, qui avait répété les réponses fermes et cinglantes, et pour cause :

L’organisation de la compétition, la communication, ainsi que les des droit audiovisuels seront de gestion « privée », une entreprise a meme été crée pour ce faire, présidée par le président du Real de Madrid Florentino Pérez, assisté par Andrea Agnelli le président de la Juventus, et Joel Glazer le président du Manchester United.

Les douze « membres fondateurs » de cette Super League Européenne viennent de publier un communiqué commun :

« Douze des clubs les plus importants d’Europe annoncent aujourd’hui avoir trouvé un accord pour la création d’une nouvelle compétition : la Super League. L’AC Milan, Arsenal, l’Atlético de Madrid, Chelsea, le FC Barcelone, le FC Internazionale Milano, la Juventus FC, Liverpool, Manchester City, Manchester United, le Real Madrid CF et Tottenham ont rejoint en tant que clubs fondateurs. Trois autres clubs seront invités à se joindre avant la saison inaugurale qui débutera dès que possible. Pour l’avenir, les clubs fondateurs ont hâte de discuter avec l’UEFA et la FIFA des meilleures solutions pour la Super League et pour le football mondial dans son ensemble. La création de la nouvelle Ligue intervient alors que la pandémie mondiale a accéléré l’instabilité du modèle économique actuel du football européen. Depuis des années, les clubs fondateurs visent à améliorer la qualité et l’intensité des compétitions européennes existantes et, en particulier, à créer un tournoi dans lequel les meilleurs clubs et joueurs peuvent s’affronter plus fréquemment. La pandémie a révélé qu’une vision stratégique et une approche commerciale sont nécessaires pour augmenter la valeur et l’aide au profit de la pyramide du football dans son ensemble. Ces derniers mois, un dialogue intense a eu lieu avec les organes directeurs sur le futur format des compétitions européennes. Les clubs fondateurs estiment que les solutions proposées par les régulateurs ne résolvent pas les questions fondamentales, qui sont à la fois la nécessité d’offrir des matches de meilleure qualité, et d’obtenir des ressources financières supplémentaires pour l’ensemble du monde du football », indique le communiqué.

Mais ce n’est pas tout. Le format de la compétition a également été expliqué. « 20 clubs participeront, les 15 clubs fondateurs et cinq autres équipes supplémentaires qui seront classées annuellement en fonction des performances de la saison précédente. Tous les matches se joueront au cours de la semaine, tous les clubs continueront à concourir dans leurs ligues nationales respectives, préservant ainsi le calendrier traditionnel qui est au centre de la vie du club. La saison débutera en août avec la participation des clubs en deux groupes de dix, qui disputeront des matchs aller-retour; Les trois premiers de chaque groupe se qualifieront automatiquement pour les quarts de finale. Les équipes terminant quatrièmes et cinquièmes disputeront des éliminatoires supplémentaires à deux jambes. Par la suite, des éliminatoires à deux se joueront depuis les quarts pour atteindre la finale, qui se jouera en un seul match, à la fin du mois de mai, dans un lieu neutre. Dès que possible, après le début de la compétition masculine, la ligue féminine correspondante sera lancée, ce qui contribuera à l’avancement et au développement du football féminin. Ce nouveau tournoi annuel apportera une croissance économique nettement plus élevée, ce qui permettra de soutenir le football européen par un engagement à long terme, que les contributions à la solidarité augmentent en fonction des revenus de la nouvelle ligue européenne. Les paiements de solidarité seront plus élevés que ceux générés actuellement par le système de concurrence européen et devraient dépasser 10 milliards d’euros sur la période d’engagement des clubs. D’autre part, le nouveau concours sera construit avec des critères de durabilité financière, puisque tous les clubs fondateurs s’engagent à adopter un cadre de dépenses. En échange de leur engagement, les clubs fondateurs recevront collectivement un paiement unique de 3,5 milliards d’euros dédié uniquement à la réalisation de plans d’investissement dans les infrastructures et à la compensation de l’impact de la pandémie COVID ».