Une Charte tripartite pour renforcer le partenariat public-privé

Ce samedi 23 décembre s’est déroulée la cérémonie de signature de la Charte tripartite pour le partenariat public privé au siège de l’Union générale des travailleurs algériens à Alger.

Le bal a été ouvert par Abdelmadjid Sidi Said, Secrétaire Général de l’UGTA qui a rappelé que l’événement consacrait “l’unicité de l’entreprise algérienne”. Comprendre : les entreprises publiques et privées doivent dorenavant être traitées à l’identique.

Le patronnat avec à sa tête le FCE représenté par son président Ali Haddad, a appelé les partenaires à accélérer la mise en oeuvre des mecanismes de partenariat public-privé et à fonder une économie juste incluant les jeunes et la diaspora.

Enfin, le gouvernement, par la voix du Premier Ministre Ahmed Ouyahia a rappelé que nous sommes bel et bien dans une Economie de marché, mais à dimension sociale. Le Chef du gouvernement a également annoncé le recours à des mécanismes de délégation du service public tel que le BOT (Build Operate Transfer).

La nécessité d’accélérer le dialogue public-privé est notamment née du constat selon lequel beaucoup d’entreprises publiques connaissent des performances faibles et qu’un actionnariat mixte pourrait améliorer ces situations notamment grâce aux methodes managériales qui seraient introduites par les opérateurs privés.