Casbah d’Alger : quels sont les exemples à suivre ?

Du 20 au 23 janvier 2018 à Alger à lieu la Réunion internationale d’experts sur la conservation et la revitalisation de la Casbah d’Alger, site du patrimoine mondial. Cette réunion a pour objectif d’évaluer la situation actuelle de la Casbah d’Alger, de trouver de nouvelles solutions pour sa revitalisation en s’inspirant d’exemples de réussite nationaux et internationaux et de déterminer un dispositif de mise en œuvre de ces solutions.

L’après-midi du 21 janvier était consacrée à la présentation, par des experts internationaux, de projets de réhabilitation de centres historiques. Chaque conférence a été suivie d’un court débat au cours duquel les experts ont tenté, guidés par les questions de l’assistance, de trouver une manière d’adapter ces processus de réhabilitation à la Casbah d’Alger.

Jacqueline Priego-Hernandez, docteur en psycho-sociologie de l’Université de Portsmouth au Royaume-Uni, a présenté le travail des deux organisations AfroReggae et Central Unica das Favelas (CUFA) qui tentent par l’art, les sports et l’engagement civique de transformer l’environnement des favelas et de créer de nouvelles lignes de communication entre leurs habitants et le reste de la société.

Federico di Giuli, directeur de l’Institut italien d’art appliqué et de design (IAAD), a décrit le projet de revitalisation du centre historique de la ville italienne de Turin. De riches investisseurs ont, en partenariat avec les instituions publiques, redonné vie aux quartiers du centre historique à travers divers projets (restaurants, hôtels, promotions immobilières). Federico di Giuli a profité de cette conférence pour poser le problème de la transformation du paysage social qui résulte de telles entreprises.

Shadia Touqan, architecte et docteur en développement urbain, a présenté le projet de conservation de la ville de Jérusalem en décrivant toute les difficultés que pose la situation politique actuelle de la ville et enfin, Zeynep Enlil, professeur à l’Université de Yildiz en Turquie, a parlé du projet de conservation et de réhabilitation du centre historique de la ville d’Istanbul et des conflits existants entre ce dernier et les projets de grandes envergure d’architecture moderne menés par l’État turque.

Les débats ont principalement concerné les particularités, les préoccupations et les aspirations des habitants de la Casbah d’Alger ainsi que le rôle des acteurs de la société civile dans le projet de revitalisation.