Après le prophète, Charlie Hebdo s’en prend à Erdogan, et les tensions entre La France et la Turquie s’enflamment

Les tensions entre la Turquie et la France continuent de s’exacerber, après plusieurs épisodes qui ont fait suite à l’assassinat d’un enseignant français ayant montré des caricatures du prophète Mohammed à ses élèves lors d’un cours de liberté d’expression, caricatures réalisées par le journal satirique Charlie Hebdo et qui ont créé un Tollé d’indignation dans plusieurs pays arabes, mais aussi et surtout en Turquie, ou le président turque a ouvertement condamné ce genre de traitement de la communauté musulmane en France, il avait même traité son homologue français de « dérangé mental » pour soutenir une réflexion qui selon lui va à l’encontre de ladite communauté musulmane pourtant très présente en France..

Emmanuel Macron de son côté avait promis de faire perpétuer cette tradition dite de « liberté d’expression », lors de son discours d’hommage à titre posthume au professeur assassiné Samuel Paty, un discours tenu le 02 octobre dernier.

Coïncidence, ou chose promise chose due, quoi qu’il en soit, hier soir sur les réseaux sociaux  Charlie Hebdo a publié sa nouvelle une, et c’était directement Tayab Erdogan qui était visé…

On y voit M. Erdogan en slip, une canette à la main, qui soulève la robe d’une femme voilée en s’écriant : « Ouuuh ! Le Prophète ! » Cette représentation peu flatteuse du dirigeant turc a suscité l’ire d’Ankara.

La présidence turque a condamné mercredi avec « la plus grande fermeté » cette « caricature abjecte » qui reflète, selon elle, une « hostilité contre les Turcs et l’islam »« Je n’ai pas regardé cette caricature (…) Il est inutile de dire quoi que ce soit au sujet de ces vauriens », a déclaré mercredi matin M. Erdogan lors d’un discours à Ankara. « Ma colère n’est pas due à l’attaque ignoble contre ma personne, mais aux insultes contre le prophète » Mahomet, a-t-il ajouté.

Une compagne de boycott anti-produits français dans plusieurs pays arabes avait été lancée depuis l’incident du professeur assassiné, elle continuera au vu des dernières remontrances concernant cette affaire qui en devient une crise diplomatique à n’en point douter entre la Turquie et la France.