Affaire SOS Bab el Oued : Les avocats de la défense réfutent les accusations de la DGSN, et dénoncent un dérapage informatif

Dans l’affaire SOS bab el Oued

La défense des détenus, constituée de Abderahmane Saleh, Zoubida Assoul, Meriem Chekirine, et Mohamed Tahar Boughaba, a publié dans la soirée de mardi à mercredi 21/04/2021 un démenti, qui fait écho au communiqué publié par la DGSN, un communiqué qui incrimine sévèrement une dizaine de personnes, (selon le communiqué ) dans une affaire louche de financement étranger, à des fins portant atteinte au pays.

” Les services de sécurité ont arrêté une association criminelle composée de huit personnes âgées de 26 à 60 ans actives sous couvert d’une association culturelle, non agréée, à Bab El Oued », quartier populaire d’Alger, a indiqué la DGSN dans le communiqué.

A cela la défense répond, mais surtout dément :

«  la défense tient à apporter quelques éclaircissements à l’opinion public quant à des égarements parus dans un communiqué d’une instance officielle :

  • nous déplorons le fait que cette instance gouvernementale ait emprunté ce chemin, de n’avoir pas respecté l’intégrité de ces personnes, et d’avoir intenté des poursuites, alors que cette tache revient au procureur
  • nous réfutons l’implication de 08 personnes
  • le comité de défense insiste sur le fait que le dossier au Tribunal de Sidi M’hamed dans lequel 04 personnes sont poursuivies, et qui ont été relaxés, ce dossier est dissocié de celui du tribunal de Bab el Oued, et dans lequel 02 personnes uniquement sont poursuivies, ce sont deux dossiers complètement différents
  • la défense réfute totalement, (tout en respectant le caractère privé de l’affaire tant qu’elle est en justice) toute accusation de financement étranger
  • la défense dément l’existence dans ce dossier de toute accusation de bande criminelle, ou d’une association de malfaiteurs, et nous insistons sur le fait qu’il n’est permis ni en constitution, ni dans la loi, que deux dossiers dissociés soit associés avec allusion à ce que cela soit un seul dossier
  • nous exhortons les instances officielles à respecter la loi, et de respecter la présomption d’innocence de ces personnes.”