Zimbabwe : l’UA dénonce un coup d’état

L’armée zimbabwéenne a annoncé, mercredi 15 novembre, sa prise de pouvoir dans un communiqué télévisé. Le général Sibusiso Moyo a déclaré que cette action n’était pas à considérer comme un coup d’état mais comme une tentative de défaire le pays de personnes dangereuses entourant le président Robert Mugabe, selon le journal Le Monde.

Le même général a assuré que le président et son épouse étaient sains et saufs et il a conseillé aux citoyens de limiter leurs déplacements en ces temps de crise.

Robert Mugabe, plus vieux président en exercice à l’âge de 93 ans, est actuellement en compagnie de Grace, son épouse, à sa résidence « The Blue Roof » à Harare selon des sources locales.

L’armée a bloqué l’accès à toutes les institutions officielles et a procédé à plusieurs arrestations dont celle du ministre des finances Ignatius Chombo, proche de la première dame.

Le président guinéen et actuel président de l’Union Africaine ne semble pas croire les dires de l’armée zimbabwéenne et dénonce dans un communiqué officiel « ce qui apparaît comme un coup d’état ». Il demande aux responsables de cette action, dans le même communiqué, de « se soumettre à la légalité constitutionnelle ».

« L’Union africaine exprime sa grande préoccupation face à la situation qui se déroule au Zimbabwe où manifestement des soldats tentent de prendre le pouvoir par la force », selon ce communiqué de la présidence guinéenne, ajoutant qu’elle « condamne avec la plus grande fermeté ce qui apparaît comme un coup d’Etat » et demande « aux militaires de mettre un terme immédiat à leur action » – Communiqué officiel d’Alpha Condé, président de l’UA, publié par l’AFP