Xavier Driencourt sur le partenariat Natixis-Sylabs : « l’Algérie est pionnière par rapport à la France »

Aujourd’hui lundi 17 décembre 2018, s’est tenue la cérémonie de la signature du contrat de partenariat entre la banque Natixis, et l’incubateur Sylabs, en présence des deux directeurs respectifs : Boris Joseph, et Abdellah Malek.

L’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, a tenu aussi à être présent à l’évènement qu’il avait qualifié de réussite, avant d’annoncer que la banque Natixis lancera en Algérie des produits « qui ne sont pas encore lancés en France » :

«  Je suis venu pour honorer ce moment de convivialité qui est important dans l’ambiance algérienne et algéroise, mais aussi pour célébrer ce partenariat entre Natixis, et le Sylabs, pour développer des entreprises, et créer un environnement financier favorable. Natixis qui est une grande banque digitale, va développer ici (Algérie) un certain nombre de produits qui ne sont pas encore lancés en France, donc l’Algérie s’en trouve pionnière et devancière par rapport à la France, et ça, c’est un message important. » Avait alors notifié l’ambassadeur de France en Algérie Xavier Driencourt.

De quoi s’agit-il ?

L’idée de collaboration entre Natixis et l’incubateur algérien Sylabs est celle de créer un point de convergence d’expertises, et de savoir-faire, pour en dégager des valeurs ajoutées, comme nous l’a expliqué Boris Joseph, directeur général de la banque Natixis :

« L’idée, c’est de mettre en commun des matières grises, des talents, des intelligences, des experts reconnus sur le plan national, et international, mais aussi et surtout, des jeunes, afin de les accompagner dans leurs projets, et de faire en sorte que le procédé soit ‘bancable’… » Avant d’ajouter : « L’idée qui est née, il y a de cela quelques semaines, porte en elle le souhait de créer une structure permanente, afin d’orienter, et d’accompagner des jeunes porteurs de projets, dans « LE » processus le plus efficace »

Mohamed Skander président du JIL FCE, faisait lui aussi partie de la foule, sur invitation de Natixis, et du Sylabs, le jeune entrepreneur a salué l’initiative, tout en rappelant la nécessité de créer de la synergie entre tous les acteurs de notre économie :

« Cet accord a pour but de développer des INTAKE (l’action de prendre part à une organisation à un moment T), mais aussi des moyens de monétisation des travaux des startups qui sont incubées notamment ici au Sylabs, ce qui va donner aussi l’exemple aux autres incubateurs qui sont en train de se créer… Dans notre coin, on ne pourra pas faire grand-chose, mais plus on va créer des actions entre nous, entre les incubateurs, les banques, les universités… plus cela pourra créer de la valeur

Qui ce projet intéresse-t-il ?

Boris Joseph :

«  Ce sont les personnes avec qui on travaille tous, tous les jours, mais généralement ce genre de structures ne rassemble pas 1000 personnes, mais plutôt un petit nombre d’experts motivés, ces gens-là sont souvent les meilleurs, et ils sont d’accord pour partager un moment de leurs vies d’expertise avec des jeunes, des startups, pour leurs apporter des conseils dont la valeur se compte en millions de dinars, mais là ils vont le faire gratuitement… »

Le directeur général de la banque française Natixis a par ailleurs salué l’esprit entrepreneurial des jeunes algériens :

« En Algérie, on peut fonctionner en mode projet, on a pu faire des choses ici, qui sont difficiles à faire ailleurs, les algériens ont une capacité, et il faut le reconnaitre, assez hors norme à se mobiliser autour d’un projet, ils sont capable à s’engager personnellement dans des projets comme rarement on a pu le voir… »

Retrouvez ces déclarations en vidéos sur notre page Facebook : https://www.facebook.com/CasbahTribune/