Xavier Driencourt concernant Bernard Bajolet : « lui c’est lui, moi c’est moi… »

Xavier Driencourt, l’Ambassadeur de France en Algérie, a tenu aujourd’hui un discours à l’assemblé populaire nationale, pour marqué la journée de l’installation du groupe d’amitié Algérie-France.

Il est notamment revenu sur la polémique née suite aux propos « politiquement incorrects » qu’a tenu l’ancien ambassadeur de France en Algérie Bernard Bajolet, concernant le président Bouteflika qu’il disait  « maintenu en vie artificiellement… »

L’actuel Ambassadeur de France en Algérie dit se dissocier de ces propos par le simple fait que ce ne sont pas les siens. Il déclare : « lui c’est lui, moi c’est moi »  reprenant ainsi la formule du président Mitterrand en 1985, avant d’ajouter : « Bajolet, c’est Bernard Bajolet, il s’exprime à titre personnel, à titre privé. Il n’engage en aucun cas, je dis bien en aucun cas, le gouvernement, le Président et l’Administration française… »

Il rappelle par ailleurs le rôle « diplomatique » d’un ambassadeur, surtout en Algérie, qui est celui de rapprocher autour de pont communs, voici ce qu’il dit : «  Le rôle d’un Ambassadeur français à Alger, ce n’est pas de remettre de l’huile sur le feu, fut-ce de l’huile d’olive ! C’est au contraire  de rapprocher, de raccommoder quand il le faut, de faire de la dentelle »