Walid Bidani : « Une médaille d’or et une en argent pour les prochains Jeux Méditerranéens »

Le jeune haltérophile de 23 ans, Walid Bidani s’est illustré lors des Mondiaux qui se sont achevés mercredi en Californie, en remportant la huitième place mondiale dans sa catégorie de poids des +105 kg.

Bidani, est revenu lors d’une interview accordée à Casbah Tribune sur cette compétition lors de laquelle il a affronté les ténors de la discipline.

On imagine que vous êtes content de cette huitième place ?

Effectivement, c’est un grand accomplissement pour moi, je suis très content car en dépit du manque de moyens j’ai réussi. Il y a de cela 20 ans, on n’aurait pas pu réaliser ce résultat, donc c’est un honneur pour moi de m’imposer face à des Champions du monde et dans une catégorie de poids ou ça ne pardonne pas.

Comment avez vous vécu cette compétition de haut niveau ?

Le niveau mondial c’est tout autre chose, d’ailleurs, le niveau était plus élevé que lors des Jeux Olympiques de 2016, il y a eu des records qui n’avaient pas été battus depuis 2000 ou 2001, franchement les adversaires étaient sans pitié.

Vous avez parlé du manque de moyens, pouvez-vous nous en dire plus ?

En temps normal, la préparation commence une année à l’avance tandis que nous on s’est préparé à seulement quatre mois de la compétition plus précisément au mois d’août. J’étais en retard, j’avais une bourse mais qui est arrivé tard, donc je n’ai pas bénéficié de beaucoup de temps. J’ai fait trois mois de stages en Turquie et un mois à Alger. Je voudrai d’ailleurs profiter de cette occasion pour demander au Ministère des Sports qu’il y ait un programme qui s’applique du début à la fin de l’année. Chaque compétition a sa préparation. Malheureusement pour nous, quand une échéance se termine, on rentre à la maison, et on ne commence à préparer la suivante que la veille.

En dépit des contraintes que vous venez de citer, vous avez réussi à faire ce résultat, quel a été le secret de votre réussite ?

C’est tout simplement le travail, on faisait douze séances par semaine pour rattraper le retard, il y a aussi la volonté de réussir et mon amour pour ce sport.

Après ces Mondiaux, quelle sera la prochaine étape ?

Et bien il y aura les Jeux Méditerranéens au mois de juin à Tarragone, on devrait commencer la préparation dans un mois mais le but principal c’est les Championnats du Monde de 2018 au Pérou. Il y aura aussi les Championnat d’Afrique au mois d’avril mais qui nous servirons beaucoup plus de préparation aux Jeux Méditerranéens.

Peut-on connaitre vos ambitions pour les Jeux Méditerranéens ?

J’aspire à remporter deux médailles, une en or et une en argent, si les préparations seront comme il se doit, dans le cas contraire je ne pourrai pas parler de médailles, la réussite ne vient pas par hasard, il faut du travail, pour les prochains JO je pense que l’haltérophilie algérienne pourra glaner des médailles à condition qu’on mette les moyens à disposition des athlètes, les grandes nations investissent énormément pour réussir.