W.A.R se dévoile

Aujourd’hui 29 novembre, les journalistes Ihsane El Kadi et Nejma Rondeleux nous ont présenté W.A.R lors d’une conférence de presse donnée dans les locaux d’Interface Media à Alger.

W.A.R, qu’est-ce que c’est ?

Derrière cet acronyme barbare se cache Web Arts Resistances, une plateforme digitale en ligne depuis mars 2017 sur laquelle sont continuellement publiés des reportages venant des quatre coins du bassin méditerranéen et ayant tous pour objet des initiatives ou créations réunissant art et engagement citoyen. Huit pays y sont pour l’instant représentés : l’Italie, la France, la Tunisie, le Maroc, l’Egypte, le Liban, la Turquie et maintenant l’Algérie.

L’originalité de cette plateforme, en dehors de la thématique de ses contenus, réside dans le fait que les initiatives artistiques de chaque pays sont relayées par des médias locaux. En Algérie, Interface Media (Huffington Post, Maghreb Emergent, Radio M) est actuellement l’unique producteur de contenu pour W.A.R.

Petite visite guidée 

Le site est pour l’instant disponible en trois langues : français, anglais et italien. Il contient quatre rubriques principales : une rubrique « Reportages » dans laquelle sont proposés des articles, des reportages vidéo et des séries photographiques ; une rubrique « Blog » qui regroupe des écrits de journalistes et d’artistes collaborateurs ; la rubrique « Zoom » constituant l’agenda culturel de la plateforme et la très originale et ingénieuse rubrique « Géo-culture », une carte sur laquelle sont placés des points d’intérêt culturels dont les lieux cités dans les reportages de la plateforme.

« Souvent, les initiatives citoyennes réussissent là où les institutions échouent »

« Nous avons remarqué qu’il y avait un cheminement commun dans la réaction des populations méditerranéennes aux changement sociaux. Avec W.A.R, nous avons tenté de dessiner une identité et une citoyenneté méditerranéennes », nous a expliqué Cristiana Scoppa, responsable de la version italienne du magazine des cultures méditerranéennes Babelmed et initiatrice du projet. Elle a insisté sur le fait que la plateforme joue le rôle de déclencheur car le fait d’avoir plus de visibilité encourage les porteurs d’initiatives dans leur action de traiter certaines problématiques sociales. « Souvent, les initiatives citoyennes réussissent là où les institutions échouent », a-t-elle ajouté.

Sur ce carrefour où s’entrecroisent les rues d’Alger, de Tunis, de Rabat, de Rome, de Beyrouth et d’ailleurs, où s’entremêlent les voix des deux rives, pas moins de 127 articles ont été publiés dont 8 consacrés à l’Algérie.

W.A.R : http://www.artsresistances.net/fr/