Un programme informatique capable de détecter les personnes à potentiel suicidaire

Selon une étude menée par des chercheurs de l’université de Pittsburgh aux Etats-Unis et publiée le
mardi 30 octobre dans la revue Nature Human Behaviour, les personnes à potentiel suicidaire auraient une activité cérébrale reconnaissable.

Pour les besoins de l’étude, il a été demandé à 34 jeunes adultes dont 17 suicidaires connus et 17 en bonne santé mentale de se concentrer pour une durée de trois secondes sur les mots d’une série de 30 affichés un à un sur un écran pendant qu’une machine d’IRM  fonctionnelle enregistre leur activité cérébrale.  La série contenait des mots ciblant des notions aussi bien positives que négatives et dont certains étaient en rapport avec la mort ou le désespoir.

Les membres de l’équipe ont ensuite chargé un programme informatique créé à cet effet d’analyser et de trier les résultats d’imagerie selon le potentiel suicidaire des personnes dont ils proviennent.

En se basant sur les caractéristiques communes des activités cérébrales des personnes ayant déjà pensé au suicide ou ayant tenté de mettre fin à leurs jours, l’ordinateur a pu identifier 15 des 17 personnes suicidaires et 16 des 17 personnes en bonne santé mentale. Mieux que ça, le programme, à la fin de l’étude, pouvait différencier les images des personnes qui ont déjà pensé au suicide de celles des personnes déjà passées à l’acte.

C’est un début porteur d’un grand espoir pour le diagnostic et l’assistance des personnes à potentiel suicidaire bien que l’étude ait besoin d’être répétée sur de plus larges échantillons.