« Tayeb Louh – Ahmed Ouyahia » : Guéguerre ou coup marketing pour le 5eme mandat?

Le ministre de la Justice Tayeb Louh, connu pour sa nature « sérieuse », n’a pas l’habitude des piques politiques. C’est pourtant ce qu’il a fait lundi 5 novembre à travers une surprenante allusion faite à l’égard de son « supérieur hiérarchique », le Premier ministre Ahmed Ouyahia, suscitant de nombreuses interrogations dans la presse de ce mardi.

Lors d’une sortie à Oran où le garde des sceaux a inauguré le nouveau palais de la justice de la wilaya, il a lancé deux phrases sulfureuses à l’encontre de Ahmed Ouyahia, critiquant des initiatives faites par sa personne, pour attribuer le beau rôle au président Abdelaziz Bouteflika, et le présenter ainsi comme son faire valoir…

Sans citer Ahmed Ouyahia, Tayeb Louh a d’abord évoqué les impôts sur les documents biométriques que voulait imposer le Premier ministre dans la loi de finances 2018 avant que la présidence ne les retire.

“Vous vous rappelez tous des taxes sur les cartes d’identité, les passeports, etc. Qui les annulées? Le président de la République!”, a-t-il lancé.

Remontant jusqu’aux années 90 à l’époque du premier passage d’Ahmed Ouyahia au Premier ministère, le ministre de la Justice a rappelé l’emprisonnement des cadres de l’Etat.

“Cette époque de l’arbitraire est révolue grâce aux directives du président de la République. Il n’y aura pas de retour [à ces méthodes] hors du cadre légal”, a-t-il affirmé.

La presse nationale s’est donc attelée à “décrypter” cette sortie inhabituelle de Tayeb Louh, d’habitude réservé dans ces propos. Si Le Quotidien d’Oran y voit une “marketing politique en faveur d’un cinquième mandat” , TSA envisage toutes les possibilités, sauf celle d’une innocente, et gratuite attaque, qui ne cacherait rien derrière…

Plus explicite, la Une d’El Khabar a affiché “Louh ouvre le feu sur Ouyahia” alors que El Bilad y voit une pure “attaque”.