Santé : les médecins spécialistes rejoignent le mouvement de protestation amorcé par les résidents

Ce matin lundi 19 mars 2018, de nombreux médecins résidents venus soutenir leurs collègues dans leur action de boycott des examens du DEMS (Diplôme d’études médicales spécialisées) ont été arrêtés par les forces de l’ordre aux abords de la Faculté de médecine d’Alger (Ziania).

Ces médecins résidents ont été transportés dans des fourgons avant d’être, pour certains, abandonnés dans des endroits déserts, pour d’autres, retenus dans un poste de police à Zéralda. Aussi, le Dr. Meriem Hadjab, membre du bureau national du Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA) a été blessée durant les événements. Initialement conduite au commissariat avec ses collègues, sa demande de se rendre à l’hôpital pour y recevoir des soins n’a été acceptée que plus tard dans la journée.

En réaction aux traitements subits par leurs collègues, les médecins spécialistes membres du Collectif autonome des médecins spécialistes algériens (CAMSA) ont décidé de rejoindre le mouvement de protestation et d’entamer une grève cyclique à partir du 27 mars prochain.

« Nous trouvons scandaleux et inadmissible le traitement que subissent nos collègues résidents depuis 4 mois », peut-on lire sur le préavis de grève déposé aujourd’hui. Dans le même document, les médecins spécialistes dénoncent le refus par les autorité de leur demande d’autorisation pour l’organisation d’une assemblée générale constitutive du collectif à Constantine et à Tipaza.

Entre autres revendications, sont citées : la réforme effective de la loi de santé avec implication du praticien spécialiste, l’amélioration des conditions de travail, la révision du statut du praticien spécialiste et la garantie de la sécurité au sein des hôpitaux.