Rallye Dakar 2019 : Départ de ce qui pourrait être la dernière édition avant un retour en Afrique

C’est aujourd’hui que débute la 41eédition du prestigieux Rallye «Dakar ».

La célèbre épreuve se limitera cette année au seul territoire du Pérou, avec comme départ et arrivée sa capitale Lima.

Avant cette édition 2019, la course est habituellement disputée entre le Pérou, La Bolivie, L’Argentine, le Chili ou encore le Paraguay, elle (la course) s’étalera sur 10 jours, (2 fois 5 jours, plus une journée de repos), dans lesquels les 167 participants auto/camions parcourront 5600 Km, avec 70% de dunes, et les autre 167 motos/quad un peu plus de 5500Km.

  Photo : ERIC DUPAIN

Le Rallye doit son nom à la ville où avait lieu l’arrivée de la course (les années qui suivirent son lancement en 1978). En 2009, ladite arrivée a été délocalisée en Amérique du sud pour cause de menaces d’attaques terroristes émanant de la branche d’Al Qaida en Mauritanie.

Etienne Lavigne (Directeur d’Amaury Sport Organisation ASO) avait déclaré en Avril dernier à propos de l’édition 2019 :

« C’est évidemment un parcours moins ambitieux que celui qui était initialement prévu mais qui va rester intéressant parce qu’on va faire en sorte de densifier ces étapes réalisées dans de très beaux environnements de dunes et de sable »

Ceci poussera-t-il les organisateurs à changer une nouvelle fois de territoire ? C’est ce que souhaite Jean-Marc Fortin, dans une interview accordée au quotidien belge lesoir.be, le leader de l’équipe Toyota au Dakar, qui dirigera une équipe de 102 personnes afin d’encadrer les 11 Toyota et 2 camions, ne cache pas son mécontentement envers les organisateurs « Il en est plutôt une désespérante démonstration ! Cette année, on va avoir deux fois 5 jours de course, avec des gars qui, s’ils ont abandonné en première semaine, pourront reprendre le train la semaine suivante ! Ce sera un Dakar “Jacques Martin” »

La fin d’un cycle ?

« le Dakar reste effectivement le phare de la discipline, mais ses organisateurs sont en train de duper les gens en organisant une épreuve sur dix jours tout en demandant le même prix qu’avant !, on est arrivé au bout du modèle économique de l’épreuve qui a bien fonctionné pendant dix ans en Amérique du Sud. Mais aujourd’hui, les villes ne veulent plus débourser des sommes folles pour accueillir le Dakar. Il faut donc se renouveler » martèle Jean-Marc Fortin

Le rôle joué par l’Algérie pourrait inciter les organisateurs à revenir au tracé originel

La stabilité que connaît la région, et le rôle joué par l’Algérie notamment, pourrait renforcer le souhait omniprésent et qui entoure cette course mytique depuis quelques années déja, celui de retrouver le tracé originel, lequel traversait l’Algérie durant ses 10 premières éditions (1979/1988).

Il est à noter que des démarches ont été entreprises par les organisateurs du Dakar, pour ramener « Dakar Series » en Algérie, une délégation d’ASO s’était déplacée fin 2017, avec à sa tête Etienne Lavigne (Directeur du Rallye Dakar), pour rencontrer les autorités algériennes, puis une autre en Avril 2018.

Photo : ERIC DUPAIN

La cérémonie de départ de l’édition 2019 sera donnée aujourd’hui à Lima, pour lancer officiellement la première étape de demain, entre Lima et Pisco, d’une distance totale de 331Km, dont 84km de spéciale.