Quand un Tweet lui cause la perte de son statut de PDG à Elon Musk

Le 7 août dernier Elon Musk, l’emblématique patron de «Tesla » et de « Space X » avait Tweeter son intention de retirer Tesla de la Bourse, un projet abandonné deux semaines plus tard, et qui lui vaudra son siège à la tète de l’entreprise de construction automobile.

Le  PDG a été par la suite poursuivi pour fraude par la Securities & Exchange Commission (SEC).

« Les déclarations fausses et trompeuses ainsi que les omissions d’Elon Musk ont provoqué une confusion et une perturbation significative sur le marché qui ont causé du tort aux investisseurs », estime le gendarme boursier dans la plainte qu’il a déposé jeudi auprès d’un tribunal fédéral de l’Etat de New York. Le cours de l’action de Tesla avait grimpé de 6 % au cours de la journée du 7 août.

« Le statut de célébrité d’un dirigeant ou sa réputation d’innovateur technologique ne lui donne pas le droit de prendre ses responsabilités vis-à-vis de ses actionnaires à la légère », a aussi déclaré Steven Peikin, l’un des directeurs de la SEC.

Le risque était trop grand, face à l’interdiction à vie d’exercer un poste de dirigeant dans une entreprise cotée réclamée par le gendarme boursier américain, Elon Musk s’est finalement résolu à négocier.

Deux jours après avoir porté  plainte pour fraude contre le PDG de Tesla, la Securities and Exchange Commission (SEC) a annoncé samedi avoir conclu un accord à l’amiable avec le fondateur du fabricant de voitures électriques.

Elon Musk doit quitter le poste de président du conseil d’administration de Tesla et ne peut plus être réélu pour les trois prochaines années. Il reste cependant directeur général de l’entreprise et membre du conseil d’administration. Un soulagement pour les marchés qui n’arrivaient pas à concevoir Tesla sans Elon Musk à sa tête, le patron emblématique étant considéré comme indispensable à la réussite de l’entreprise.