Pourquoi l’Algérie ne veut pas rapatrier ses algériens ? L’histoire terrible de Ferraz Brahim bloqué en Turquie avec son enfant malade

Depuis le 17 mars, date à laquelle les frontières algériennes ont été fermées pour cause de pandémie de coronavirus, des milliers d’algériens se sont retrouvés bloqués à l’étranger sans pouvoir regagner leurs pays l’Algérie.

Parmi ces milliers d’algériens, voici l’histoire de Ferraz Brahim

Ferraz Brahim, est bloqué en Turquie depuis la fermeture des frontières en mars de l’année passée, il y est allé pour soigner son fils de deux ans souffrant d’une maladie rare au niveau de l’avant-bras, accompagné de sa femme et de son autre fils de 04 ans, tous vivent un supplice qui ne finit pas, car ils n’arrivent pas à rejoindre le pays, aucune information n’a pu leurs être dévoilée, car les consulats d’Algérie dans le monde n’ont pas cette information, une centralisation du pouvoir de décision au niveau de la présidence, doublée d’une NON communication de la part de celle-ci (présidence) sur le sujet, fait que la situation se putréfie  de plus en plus.

Le ministre de l’intérieur des collectivités locales et de l’aménagement du territoire Kamel Beldjoud, cité par l’APS a fait savoir que le nombre des algériens bloqués à l’étranger souhaitant regagner le pays augmente chaque jour atteignant actuellement 25000 personnes à cause de la fermeture des frontières le 17mars.

Quelques opérations de rapatriement avaient pourtant été menées depuis la fermeture des frontières, la dernière en date a pris fin le samedi 19 décembre, 24 vols étaient prévus.

https://www.facebook.com/sarah.mezghiche/posts/2775941026053910