Peut-on mourir d’une liposuccion en Algérie ?

La mort hier lundi du chanteur Houari Manar lors d’une opération de liposuccion dans une clinique à Alger ouvre le débat sur les risques liés à ce type d’interventions en Algérie.

Contacté par nos soins, le docteur Farid Naït-Kacem estime que les risques liés à ce type d’opérations restent exceptionnels, « on ne meurt des suites d’une liposuccion, mais généralement des complications, toute chirurgie a ses risques ».

« On peut certes mourir d’une liposuccion mais on peut aussi mourir d’un exérèse d’un grain de beauté », nous assure le médecin et d’ajouter qu’il faut « rassurer les patients et leur expliquer aussi qu’il n’y a pas que la chirurgie esthétique qui est dangereuse, mais toutes les opérations, avant, pendant et après l’acte chirurgical ».

Fiabilité des opérations esthétiques

A propos de la fiabilité des opérations esthétiques en Algérie, le Docteur Naït-Kacem assure qu’elles le sont même si cette spécialité est encore nouvelle en Algérie.

« Une Liposuccion coûte aujourd’hui dans les cliniques privées en Algérie entre 130.000 et 200.000 dinars, mais tout dépend du volume de la zone et de l’établissement qui l’a fait », explique notre interlocuteur.