Paris : marche interdite, mobilisation maintenue

Ils étaient plusieurs milliers à se rassembler, ce dimanche 21 février, à la Place de la République, Paris.

Deux ans après le début du mouvement pacifique appelé hirak, la diaspora algérienne revient à la rue avec des revendications qui ne semblent pas avoir changées. Des slogans et des affiches brandis par les manifestants pour réclamer « un Etat de droit, civil et non militaire », « une justice libre et indépendante », et le « départ du système ».

D’après les encadreurs de cette mobilisation, la Préfecture de Police de Paris aurait autorisé une marche jusqu’à place de la Nation avant de l’interdire, le vendredi à 18h00, en raison des risques « de troubles à l’ordre public ». Révolté, pour Mohamed, les arguments du préfet « n’ont aucun sens juridique ».

Malgré l’interdiction, un groupe de manifestants, a tenté d’entreprendre une marche en direction de la bastille. Celui-ci fut aussitôt bloqué par les forces de l’ordre. Aucun heurt n’a été recensé.

La mobilisation de la diaspora intervient à la veille du deuxième anniversaire du Hirak qui a d’ailleurs été décrétée, l’an passé, « journée nationale de la fraternité et de la cohésion peuple-armée pour la démocratie ».