Narimène Elhouari (fleurettiste algérienne) : « le niveau était très élevé »

Narimène Elhouari, l’une des huit escrimeuses algériennes engagées dans la Coupe du Monde de fleuret féminin, s’est livrée à nous au sujet de sa participation à cette compétition internationale.

L’Algérie a, rappelons-le, terminé à la 16e place lors des épreuves par équipe et a quitté la compétition dès le premier tour en individuel.

Comment se sont déroulées les épreuves par équipe ?

Personnellement,  j’ai participé en tant que remplaçante donc je n’avais pas réellement d’objectifs. Par contre, pour les autres athlètes qui se préparent aux Jeux africains, Championnats arabee ou encore les Jeux Méditerranéens, c’était  l’occasion de connaitre leur niveau et ça leur sert surtout de préparation.

Qu’en est-il des épreuves en individuel ou l’Algérie a été éliminée dès le premier tour ?

Pour ce qui est des épreuves en individuel, je dirai tout simplement que le niveau était très voir trop élevé, toutes les championnes du monde sont ici et pour atteindre le haut niveau, il faut disputer beaucoup de compétitions.

On a assisté à une finale ou l’Italie est absente, grosse surprise n’est-ce pas ?

Il est vrai que généralement le podium est composé de l’Italie, la Russie, l’Allemagne ou la France et là, comme vous le voyez, l’Italie s’est faite éliminée, c’est vraiment un coup de théâtre.

Maintenant que cette Coupe du Monde est terminée, quelle est la prochaine étape pour vous ?

Nous n’avons pas d’objectifs à court terme, j’aspire plutôt à acquérir de l’expérience et progresser et j’espère surtout me qualifier aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo.