Naima Laouadi (entraîneur de l’EN féminine de football) : « La footballeuse est marginalisée en Algérie »

A l’occasion de la journée internationale de la femme, célébrée le 8 mars de chaque année, la footballeuse et entraîneur de l’équipe nationale des U17 Naima Laouadi, s’est livrée à Casbah Tribune à propos de la situation actuelle du football féminin.

Tout d’abord, quelle évaluation faite vous du football féminin en Algérie ?

Si l’on parle du talent et des compétences, je dirai que comme chez les hommes, l’Algérie a des footballeuses très talentueuses. Mais la vérité c’est qu’elles n’ont pas les moyens. Il n y a pas de terrains ni d’infrastructures. La footballeuse n’a pas de temps de jeu.

Y-a-t-il de plus en plus de femmes qui s’intéressent au football ?

Oui, mais je pense qu’on pourra en attirer beaucoup plus si l’on revoit le fonctionnement du championnat et surtout si l’on médiatise davantage le football féminin.

Selon vous, quel regard porte la société sur les femmes footballeuses ?

Je vous avoue que c’est une question qui revient souvent. On vit dans une société qui ne pardonne pas. Une femme reste une femme. La footballeuse est marginalisée. Les gens doivent la respecter. Quand je vois mes débuts à moi avec la décennie noire et tout ce que j’ai subi, je dirai qu’avant c’était difficile mais actuellement la femme est épanouie, et ce, dans tous les domaines.