La main du « frère » fait mal

Une certitude : ce n’est pas la « main de l’étranger » qui a frappé et blessé le médecin, hier.

C’est une main bien de chez nous, nourrie à la rente par un Etat despote, arrogant, méprisant et violent. C’est une main à qui l’école et la mosquée ont appris d’obéir… « و أطيعوا أولي الأمر منكم »…

Même pour frapper un jeune médecin, dans l’enceinte de l’hôpital? ….Oui…Même s’il est « mahgour » et ne fait que revendiquer pacifiquement ses « droits »?…Oui…

Et la main, elle a frappé là où on lui a dit de frapper. A la tête. Pour rappeler, à ceux qui doutent encore, qu’on n’a pas envie de têtes. Que des ventres revendiquent, à la limite.

« Entre nous et les ventres, nous voulons le vide. Le néant…Même si nous devons fermer toutes les universités, tous les hôpitaux, toutes les entreprises..nous le ferons. Alors, partez. Partez pendant qu’il est encore temps. Et si vous voulez quand même rester, taisez-vous ».

Et toi ya kho, pourquoi dans ton visage immaculé de sang, on voyait la douleur d’un Zabana et le sourire narquois d’un Ben Mhidi face à Bigeard…?…Ghadatni Ya Kho, le policier qui m’a tabassé, oulid houmti et il ne sait pas que c’est moi qui soigne son fils, malade…