Le récit de l’assassinat du journaliste Jamal Khasshoggi

Depuis mardi soir, des sources turques livrent davantage de détails sur l’assassinat présumé de Jamal Khasshoggi dans le consulat saoudien d’Istanbul, le 2 octobre dernier. Les dernières informations révèlent des détails sordides du présumé meurtre, grâce à un enregistrement de 7 minutes effectué par les services de renseignements turques, 7 min durant lesquelles le journaliste saoudien aurait été battu, drogué, démembré par des bourreaux qui ont poussé le cynisme jusqu’à le faire en musique, alors que le journaliste était encore en vie

Les enquêteurs turcs ont rassemblé ces éléments en fouillant pendant neuf heures dans les locaux de la diplomatie saoudienne en Turquie, ce lundi et mardi. le président Recep Tayyip Erdogan a toutefois regretté que ces examens aient été rendus plus compliqués par le fait que certaines pièces du consulat avaient été récemment repeintes !

La victime a été attaquée aussitôt après avoir passé les portes du consulat saoudien à Istanbul. C’est ce qu’ont affirmé mardi soir les autorités turques, comme le rapporté le Wall Street Journal,

Le site Middle East Eye citant ce mercredi une source turque qui a écouté l’enregistrement audio capté entre les murs du consulat par les services de renseignement locaux, décrit avec précisions la séance de torture et l’assassinat de Jamal Khasshoggi.

Récit :

Peu après son arrivée, le journaliste est traîné hors du bureau du consul général Mohammed al-Otaibi, présent lors des faits, puis transporté dans le cabinet de celui-ci, contigu à la première pièce, où on le place sur une table.

A partir de là, tout se passe en sept minutes, selon cette même source. Sur l’enregistrement, une voix invite le consul à quitter les lieux. Le journaliste, quant à lui, hurle à pleins poumons, avant de se taire après qu’on lui ait administré une substance inconnue dans les veines. Alors, l’homme qui semble diriger les opérations commence le démembrement de la victime, toujours vivante à ce moment-là, il met des écouteurs dans ses oreilles et glisse à ses comparses: « Quand je fais ce travail, j’écoute de la musique. Vous devriez faire la même chose »…

Source: BFM