Le cercle de l’innovation : nouveau réseau pour promouvoir la protection de la propriété intellectuelle et l’Innovation

Ce lundi 21 octobre a eu lieu au Radisson Blu d’Alger le 1er événement du Cercle de l’Innovation, un cercle de réflexion et d’action visant à fédérer les acteurs œuvrant à l’amélioration de l’attractivité de l’Algérie, notamment via le renforcement de la protection de la Propriété Intellectuelle. Dans son fonctionnement, le cercle de l’innovation est un cluster composé d’experts, de cabinets spécialisés, d’institutionnels et d’opérateurs issus des secteurs public et privé travaillant sur des thématiques liées à la Propriété Intellectuelle, à l’Exclusivité des Données et à l’Innovation

Cet événement, réalisé en partenariat avec l’INAPI, nommé « Experts Voice Day : Enjeux de la Propriété Intellectuelle et Attractivité en Algérie » a permis de confronter différents points de vue tels que ceux des institutions, des entreprises privées ou encore des organisations internationales comme l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) qui a ouvert son premier bureau africain en Algérie.

Selon l’Organisation internationale, l’Algérie qui est classée à la 113e place sur 128 du Global Innovation Index (Index de l’OMPI) pourrait très rapidement gagner des places si des mécanismes plus complets de protection de la propriété intellectuelle et l’exclusivité des données étaient mis en oeuvre . Il a par exemple été noté que l’Algérie et l’un des pays les plus avancés en termes de nombres de CATI (Centre d’Appui à la Technologie et à l’Innovation) avec 73 centre déployés dans le pays. Selon Mustapha Youbi, représentant du laboratoire, une feuille de route pourrait être mis en oeuvre par les institutions et les opérateurs économique pour réaliser ce potentiel. A ce titre,

Des experts du laboratoire Janssen ont également pu proposer des Benchmarks internationaux en expliquant comment  les pays offrant le plus de protection connaissent le plus d’innovation, et comment l’Algérie devrait devenir le pôle pharmaceutique de la région dans les années à venir si le cadre réglementaire et son application garantissent aux opérateurs une protection suffisante. Peter Mehravari, expert en Proprieté Intellectuelle a egalement a quant à lui rappelé l’importance de la formation sur les concepts parfois complexes et subtiles de la protection des marques, brevets et données.

Pour le Pr Djamila Halliche, «la propriété intellectuelle est un moyen sûr de valorisation des innovations et constitue un outil contre la contrefaçon». Pour illustrer son message elle notamment expliqué que certains chercheurs algériens déposaient leurs brevets à l’étranger alors que l’on devrait tout faire pour avoir le maximum de dépôts en Algérie.

Enfin, la création d’un comité dédié à l’amélioration du classement de l’Algérie dans le Global Innovation Index a été annoncé par le directeur général de compétitivité industrielle, Abdelaziz Guend. Ce comité aura notamment pour rôle de recenser ce qui est fait et non suffisamment communiqué, mais également d’ouvrir de nouveaux axes d’amélioration.

La propriété intellectuelle est en effet non seulement un pre-requis pour attirer les investissements innovants en Algérie, mais également un moyen de protéger les consommateurs contre les contrefaçons et les produits dangereux.