L’Ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt explique pourquoi il y a moins de Visas!

À l’occasion de l’installation du groupe d’amitié Algérie-France à l’Assemblée Populaire Nationale aujourd’hui 24 septembre 2018,  l’Ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt a tenu un discours concernant l’importance de ce groupe, et son implication dans le maintien, et la construction de racines diplomatiques solides entre l’Algérie et la France, il déclare :

« c’est un groupe très important, une structure très importante, parce qu’il y a la diplomatie officielle que je fais, que j’essaie de faire au quotidien et puis il y a la diplomatie, non pas parallèle, mais la diplomatie complémentaire que font  les députés, les sénateurs également, chacun dans les deux pays, c’est ce qui contribue à tisser des liens entre les assemblées des deux pays… », rappelant en ce sens, le rôle qu’a joué le député Cédric Villani dans la déclaration du président Macron concernant Maurice Audin.

L’ambassadeur de France en Algérie a été interpellé quant à la question des visas, et notamment le changement de « traitement » envers les algériens, il explique le durcissement (bien qu’il ne soit pas officiel) des procédures, par quelques points dont les plus importants sont :

– le nouveau dispositif  mis en place par l’Ambassade de France qui consiste désormais en l’obligation de déposer des dossiers « complets », même pour ceux qui ont déjà bénéficié de visa auparavant, contrairement à l’ancienne politique qui permettait des dossiers incomplets pour les détenteurs de visa.

-Enfin ce qui semble le point le plus « géostratégique » et par conséquent le plus important, et l’influence de la conjoncture politique et sociale en méditerranée, à ce propos Xavier Driencourt déclare :

« Le paysage migratoire méditerranéen, européen a changé ces derniers mois. On voit ce qui se passe en Italie, on voit ce qui se passe en Europe de l’Est, en Hongrie. On voit également ce qui se passe en Allemagne. On voit tout ce qui s’est passé en Méditerranée. Et ça mène inévitablement les différents gouvernements européens à être, je ne dis pas plus restrictifs, mais à être plus attentifs dans la délivrance des visas… »