« L’Algérie tire une légitime fierté » de la célébration de la Journée internationale du vivre-ensemble en paix

« Il s’agit de la tolérance, du respect de la différence et de la diversité, du dialogue entre les hommes et les peuples, du rejet de la violence et de toute logique d’exclusion, de marginalisation, de discrimination ou d’extrémisme violent ». C’est ce qu’a déclaré le ministre des Affaires étrangères Abdelkader Messahel, le 16 mai 2018, à l’occasion de la Journée internationale du vivre-ensemble en paix.

« Il s’agit de valeurs qui, à l’intérieur d’un même pays, cimente la cohésion du peuple, valorisent les fondements de son identité, consolident son unité, rassemblent ses ressources et ses forces autour d’objectifs constructifs et bénéfiques à toute la communauté nationale », a-t-il ajouté. 

Cette journée internationale née d’une initiative que l’Algérie a prise sur une idée de l’Association Internationale Soufie Alaouite que préside le Cheikh Khaled Bentounes, a été décrétée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 8 décembre 2017. 

« L’Algérie tire une légitime fierté de voir les peuples du monde réunis au sein de l’ONU, organisation universelle par excellence, affirmer et reconnaître, une nouvelle fois, dans la résolution A/RES/72/130, que ces valeurs et ces principes, auxquels elle est fortement attachée et qui lui ont permis de mettre fin à la tragédie nationale vécue dans la douleur durant les années quatre-vingt-dix et qui guident avec constance l’engagement de sa politique étrangère dans son voisinage immédiat comme dans ses relations avec le reste du monde, célébrés solennellement et universellement en ce jour par les États et surtout par les citoyens du monde entier », a poursuivi le ministre à ce sujet. 

« Pour régner davantage et durablement dans notre monde instable, la paix a besoin que sa cause soit défendue au quotidien, à tous les niveaux et par tous. Pour cela, nous avons besoin d’investir dans les principes du vivre ensemble en paix en les enseignant dans les programmes scolaires, en les incluant dans les programmes culturels, dans la pratique cultuelle, dans les médias écrits et audiovisuels, en les respectant dans les relations entre États, mais surtout en imprégnant de leur profonde signification les comportements de nos citoyens.

C’est dans cette ligne de conduite que l’Algérie s’inscrit et c’est dans cet esprit qu’elle continuera à mettre en œuvre et à enrichir cette feuille de route du vivre ensemble en paix que nous célébrons aujourd’hui », a-t-il conclu.