Lakhdar Belloumi (ancien international algérien) : « J’ai accepté la proposition du Maroc et c’est un plaisir pour moi de représenter l’Algérie »

L’ancien international algérien Lakhdar Belloumi a confirmé lors d’une interview accordée à Casbah Tribune avoir accepté la proposition du Maroc afin d’être l’ambassadeur de sa candidature à l’organisation du prochain Mondial 2026.

« Effectivement, j’ai été sollicité par les Marocains afin d’être ambassadeur de leur candidature au prochain Mondial 2026 et après avoir concerté les autorités nationales concernés, j’ai accepté cette proposition ».

Belloumi estime que tout le monde doit soutenir la candidature marocaine : « c’est un pays frère,  le Maghreb est uni, et tout le monde arabe doit soutenir le Maroc », et d’ajouter : «c’est un plaisir car je représente l’Algérie,  ils m’ont fait confiance et j’espère que ça ouvrira la porte à d’autres choses telles que notamment l’ouverture des frontières »

« Quatre entraîneurs étrangers n’ont pas réussi, Madjer en trois mois ne peut pas faire grand-chose »

Par ailleurs, interrogé au sujet de la rencontre amicale disputée par les Verts face à l’Iran et lors de laquelle les coéquipiers de Riyad Mahrez s’étaient inclinés par 2-1, l’ancienne gloire du football algérien, a expliqué : « Certes on  perdu mais contre une grande équipe qualifiée au mondial russe, avec un bon moral et une bonne préparation, contrairement à notre équipe qui est complètement cassée et ce il y a bien longtemps. Quatre entraîneurs étrangers n’ont pas résolu le problème,  Madjer en deux ou trois mois ce n’est pas possible qu’il fasse grand-chose »

« Il faut lui laisser du temps et s’il échoue, il devra partir tout seul »

Belloumi considère qu’il faut laisser à l’actuel sélectionneur du temps : « Je ne le défend pas mais il ne connait pas encore bien l’équipe nationale. Il est resté longtemps loin des terrains, il est obligé de faire des essais, il a le temps de former une équipe. L’équipe a été dispersée depuis 2014, on lui souhaite de réussir à reconstruire un groupe. A peine, il commence à travailler qu’on le critique, on doit lui laisser du temps et le jour des matchs officiels on pourra le juger, d’ailleurs s’il échoue, il devra partir tout seul » a-t-il conclu.