L’affaire Sawt Al-Akher, un autre acte de criminalisation du journalisme ?

Meriem Chorfi, journaliste, Mouhoub Rafik, rédacteur en chef et Mohamed Laamari, directeur de publication de Sawt Al Akher ont été placés jeudi, 2 avril, sous contrôle judiciaire et poursuivi sur la base de l’article 79 du code pénal « d’atteinte à l’unité nationale” et de “diffusion de publications pouvant porter atteinte à l’intérêt national”.

Il s’agit d’une nouvelle atteinte caractérisée contre le métier de journalisme que l’on s’acharne à traiter comme une activité délictueuse voire comme un crime. Le métier d’informer s’exerce dans le cadre de la loi organique- qui n’est pas des plus libérales – du 12 janvier 2012 relative à l’information. Il est encadré par l’article 50 de la Constitution Algérienne qui dispose notamment que “le délit de presse ne peut être sanctionné par une peine privative de liberté.”

La décision du juge d’instruction d’invoquer le code pénal pour une publication évoquant des erreurs de l’institut Pasteur est un contournement délibéré du cadre juridique de l’exercice du métier d’informer. Elle s’inscrit dans une multiplication des atteintes à la liberté de la presse et d’intimidation contre les journalistes.

Le recours aux dispositions du code pénal pour des affaires liées à l’activité de journalisme revient à remettre en cause la lettre et l’esprit de la Constitution. Nos confrères Khaled Drareni , Sofiane Merakchi, Said Boudour et Mustapha Bendjama sont victimes de ce contournement de la Constitution, un abus de pouvoir selon les juristes.

S’agissant de l’affaire des “erreurs présumées” de l’Institut Pasteur, nous tenons à rappeler que c’est le député de la circonscription de Batna, Hakim Berri, qui a évoqué l’affaire en premier, dans un courrier en date du 30 mars 2020, adressé au Wali de Batna. Le député y parlait notamment d’une “grave erreur” de l’Institut Pasteur. Il est aberrant de voir les messagers que sont les journalistes subir des poursuites judiciaires assortis d’une mise sous contrôle judiciaire pour un message diffusé par un député.

Les journalistes Algériens Unis dénoncent cette nouvelle dérive qui vise à criminaliser le métier. Ils expriment leur entière solidarité avec leurs confrères de Sawt Al- Akhr.

Non au harcèlement des journalistes.

Liberté pour Khaled Drareni et Sofiane Merakchi, Said Boudour et Mustapha Bendjama

 

Signataires :

  1. Madjeda Zouine, journaliste
  2. Otman Lahiani , journaliste
  3. Akram Khreif, Journaliste
  4. Mohamed Lamine Maghnine, Journaliste
  5. Kenza Khatto, Journaliste
  6. Bouzid Ichaalalen, journaliste
  7. Aboubaker Khaled, Journaliste
  8. Faycal Media, Journaliste
  9. Mustapha Bendjamaa, Journaliste
  10. Abdelghani Aichoun, Journaliste
  11. Djaafar Khelloufi , Journaliste
  12. Said Djaafer, Journaliste
  13. Blillel Zehani , Journaliste
  14. Amine Idjer , Journaliste
  15. Mustapha Bastami, journaliste écrivain
  16. Djamel Saidouni , Journaliste
  17. Aissa Moussi , Journaliste
  18. Yacine Babouche , Journaliste
  19. Karim Aimeur , Journaliste
  20. Fatiha Guerdouf , Journaliste
  21. Nadir Hamdad, Journaliste
  22. Thinehinane Makaci, journaliste
  23. Farida Cherrad, Journaliste
  24. Yaakoub Hadjdjilani, Journaliste
  25. Imane Aouimer, Journaliste
  26. Nabila Amir, Journaliste
  27. Samir Leslous, journaliste
  28. Mehdi Dahak, journaliste
  29. Samir Larabi, Journaliste
  30. Jugurtha Ibersiene, journaliste Berbère Télévision.
  31. Allia Ahmed, journaliste liberté
  32. Nadir HAMDAD, journaliste
  33. Souhila Dial, journaliste Assawt Alakhar
  34. Slimane Bensayah , journaliste
  35. Slimane Bensayah, journaliste
  36. Hassan MOALI, Journaliste freelance
  37. Adlene Mellah, Journaliste
  38. Abdelghani Aichoun, journaliste
  39. Nesrine Djafer, journaliste elkhabar
  40. Hamdi Baala, journalise
  41. Leïla ZAÏMI, journaliste Reporters.
  42. Saïd Mekla, Journaliste
  43. Walid BOUDOUKHA, journaliste freelance
  44. Dayaa Eddine Ziari, Journaliste
  45. Houda Mechachebi, journaliste
  46. Asma Benazzouz, journaliste
  47. Mohand Aziri, journaliste
  48. Abdou Titraoui, journaliste
  49. Latifa Abada, journaliste
  50. Farid BOUHATTA, journaliste
  51. Farouk Ghedir, journaliste
  52. Younes Saadi, journaliste
  53. Widad Laouedj, journaliste
  54. Nazim Baya, satiriste
  55. Rafik Baba-Ahmed, El Watan
  56. Laouche Mohand Oulhadj
  57. Miloud Lassal, journaliste
  58. Ager Oueslati, journaliste
  59. Nesrine Dahmoune, journaliste.
  60. Yasmine Marouf-Araibi, journaliste.
  61. Selma Kasmi, journaliste.
  62. Yahia Arkat, journaliste.
  63. Yazid Babouche, journaliste.
  64. Abderrahmane Salmi, journaliste.
  65. Nadir Iddir, journaliste.
  66. Merouane Benabdeslem, journaliste Algérie-Eco.
  67. Djerbal Smaïl, journaliste.
  68. Nadjoua Rahem, journaliste.
  69. Imad Boubekri, journaliste.
  70. Mohend Meheni Ouramdane, journaliste Algerie-Eco. 71.    Lynda Abbou, journaliste.
  71. Naïma Djekhar, journaliste.
  72. Salah Yermeche, ancien journaliste à el watan.        74.    Ihsane El Kadi, journaliste.
  73. Mustapha Hammouche, chroniqueur Liberté.
  74. Karim Kebir, journaliste Liberté.
  75. Kheireddine BATACHE, journaliste.
  76. Said Ait-Hatrit, journaliste.
  77. Meriem Nait Lounis, journaliste.
  78. Remdane Tamani, journaliste.
  79. Leïla ZAIMI, journaliste.
  80. Meriem Abdou, journaliste.
  81. Tarik Hafid, journaliste freelance.
  82. Zahra Rahmouni, journaliste indépendante. 85.    Rafik Haddad, journaliste.
  83. Redouane Boudjema, Universitaire et ancien journaliste. 87.    Hamid Guemache, journaliste.
  84. Akram Belkaîd, journaliste.
  85. Mohand Seghir Keddouh, journaliste.
  86. Lounes Guemache, journaliste.
  87. Mohamed Tahar Messaoud, journaliste.
  88. Meziane Abane, journaliste.
  89. Smail Bouflih, journaliste