« Jusqu’à la fin des temps » de Yasmine Chouikh en compétition pour le Muhr du DIFF 2017

Jusqu’à la fin des temps (Until the end of Time), long métrage réalisé par l’Algérienne Yasmine Chouikh, a été présenté hier 10 décembre en avant-première mondiale au Festival International du Film de Dubaï (DIFF) et est en compétition pour le Muhr de cette 14ème édition.

Le film raconte la rencontre d’Ali (Boudejmaa Djillali), fossoyeur au cimetière de Sidi Boulekbour et de Johar (Djamila Arres), une femme d’une soixantaine d’années venue visiter la tombe de sa sœur aux cotés de laquelle elle voudrait être enterrée. Pour cela, elle demande à Ali de l’aider à organiser ses propres funérailles. Au fil des étapes de la préparation de cette cérémonie et de leurs conversations, les deux personnages se découvrent peu à peu des sentiments l’un pour l’autre.

« Je voulais parler d’un amour né dans un cimetière, une histoire d’amour entre deux septuagénaires n’attendant plus grand chose de la vie et pensant qu’ils n’ont plus droit qu’à la mort, une métaphore de nos sociétés qui ont également tendance à être des lieux sinistres où la mort est reine et l’amour est tabou et si l’amour est toléré, il reste l’apanage de la jeunesse », dit la réalisatrice.

Née en 1982 à Alger, Yasmine Chouikh est psychologue, actrice, journaliste et présentatrice télévisée. Elle est la scénariste de deux courts métrages : « El Bab » (2006) et « El Djinn » (2010). Jusqu’à la fin des temps est son premier long métrage.

Bande-annonce :