Messaoud Berkouss : « Au Gabon, on sera capables du meilleur comme du pire »

A quelques heures du départ pour le Gabon, Messaoud Berkouss, l’un des piliers de l’équipe nationale d’handball a bien voulu se livrer à nous au sujet de cette CAN qui s’annonce difficile pour les Verts, livrés à eux mêmes depuis deux ans.

Cela fait deux ans que l’on a plus entendu parler de l’équipe nationale, qu’est-elle devenue ?

Je dirai tout simplement qu’il n y’avait pas d’équipe nationale, il n y’avait ni entraînements , ni stages, ni rien, cela fait tout juste un mois que nous avons un entraîneur.

En tant que joueur, comment avez-vous vécu cette période « d’hibernation » ?

Franchement, c’était une période difficile, on avait en plus raté la qualification au Mondial, on voulait recommencer à zéro mais on ne pouvait pas.

Dans quel état d’esprit se trouve le groupe pour cette CAN ?

On se sent bien, mais il y a une certaine pression. On devra faire notre possible pour se qualifier, malheureusement on ne connait pas notre niveau, on est capables du meilleur comme du pire.

Comment s’est déroulé votre Tournoi de préparation au Qatar ?

Le tournoi s’est bien passé, il y a eu des hauts et des bas, en un mois et demi, il est impossible de bien préparer une compétition de cette envergure.

Comment ça se passe avec le nouvel entraîneur ?

Il est connu, il a déjà travaillé avec l’équipe nationale en tant qu’adjoint, côté relationnel ça se passe plutôt bien, il n y’a aucun problème.

Que pensez-vous de la décision de Kader Rahim de quitter le groupe ?

Honnêtement, on voulait que Rahim reste car c’est un plus pour l’équipe, sa décision nous a tous choqués, surtout en cette période où on a vraiment besoin des anciens joueurs. Malheureusement, il a décidé de partir on ne peut rien y faire.

Que pensez-vous du groupe dont vous avez hérité ?

Je ne peux rien dire, on verra lors des matchs, on connait nos adversaires, les Camerounais sont redoutables, on s’attend à tout de leur part. On affrontera aussi le Gabon qui jouera à domicile avec les coulisses et tout. Face à la Tunisie ce sera un tout autre match. Il faudra avancer étape par étape. Si on est moralement biens, on pourra faire quelque chose. On devra décrocher la première ou deuxième place pour éviter l’Égypte et l’Angola.