Histoire – L’Algérie s’est enfermée dans une mémoire officielle, qui empêche par définition une actuelle réconciliation – Entretien

Guy Pervillé, la « repentance » française exigée par Alger est un obstacle à la réconciliation mémorielle entre les deux pays.

Entretien accordé au ‘’Monde’’

Guy Pervillé est un historien spécialiste de la guerre d’Algérie, professeur d’histoire contemporaine (retraité de l’université de Toulouse)

Dans un entretien accordé au journal le Monde, il a exprimé son « scepticisme » quant aux perspectives d’une réconciliation mémorielle franco-algérienne, en raison de la « repentance » exigée de la France par le gouvernement algérien

« Je suis assez sceptique. La difficulté vient de ce que l’Algérie s’est enfermée depuis l’indépendance dans une mémoire officielle qui prolonge la mémoire du parti nationaliste, celle du Front de libération nationale (FLN), conçue en temps de guerre. Il s’agit en quelque sorte de la continuation de la guerre par d’autres moyens. Je ne vois toujours pas le moindre signe d’un apaisement fondamental des relations franco-algériennes à propos de la mémoire de la guerre d’indépendance. » avait-il alors annoncé lors de cet entretien.