Guerre de libération : le Conseil constitutionnel français reconnaît le droit à des pensions aux victimes algériennes

Les membres du Conseil constitutionnel français ont censuré les mots « de nationalité française » qui réservaient jusqu’alors les pensions aux seules victimes françaises, rapportent des médias français ce jeudi.

« Le Conseil constitutionnel en France a étendu le droit à des pensions aux victimes d’actes de violence pendant la guerre d’Algérie à l’ensemble des personnes qui résidaient alors dans le pays, quelle que soit leur nationalité », rapporte la radio Europe 1.