Groupe de soutien au Liban : Hariri et Le Drian prônent la politique de distanciation

Le groupe international de soutien au Liban (GISL) a appelé ce vendredi les puissances régionales à respecter la souveraineté du Liban et à oeuvrer à sa stabilité et sa sécurité, plus d’un mois après la nouvelle crise géopolitique qui a ébranlé le pays, a rapporté le chef de la
diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, selon Reuters.

Emmanuel Macron a coprésidé à Paris avec la secrétaire générale adjointe de l’Onu, Amina Mohammed, une réunion du GISL en présence du Premier ministre Saad Hariri, qui avait plongé le Liban dans l’inconnu en annonçant sa démission surprise le 4 novembre, décision qu’il a formellement retirée mardi dernier à
la faveur d’un accord de gouvernement avec le Hezbollah sur le principe de « distanciation » des conflits régionaux.

Dans une déclaration conjointe, le groupe souligne la nécessité de protéger le Liban des crises qui déstabilisent le Moyen-Orient et invite l’ensemble des puissances et organisations régionales à oeuvrer à la stabilité politique, sociale, économique et financière du Liban, dans le respect de
sa souveraineté et de son intégrité, a déclaré Jean-Yves Le Drian à l’issue de la réunion.