Facebook revoit sa politique de lutte contre la désinformation

Il y a un an, Facebook s’est lancé dans la lutte contre la désinformation en intégrant à la plateforme des filtres anti-fake news. La première version du dispositif était basée sur le signalement par les utilisateurs des articles douteux, la vérification par des organismes indépendants, des signaux visuels (bandeaux) pour les informations fausses en partie ou en totalité et des avertissements écrit lors des tentatives de partage.

Cette première version a rapidement atteint ses limite. D’abord, les utilisateurs n’avaient aucun moyen de savoir précisément quelles informations contestables contenait l’article sur lequel ils s’apprêtaient à cliquer. En suite, il semblerait que paradoxalement, les signaux visuels et avertissements poussent au contraire au clic et au partage.

Facebook a décidé pour ces raisons de repenser le système. La procédure de vérification est à peu près la même mais la signalisation est revue. La plateforme propose maintenant pour chaque article douteux des articles traitant du même sujet pour permettre à l’utilisateur de confronter les faits et d’être convaincu de la fausseté de l’information.

Les premiers résultats montrent que ce nouveau système, s’il ne réduit pas le nombre de clics sur les articles manquant de fiabilité, réduit considérablement le nombre de partages.