En photos : A Alger une résidence en construction sur le toit d’un immeuble Haussmannien provoque l’indignation

Alger connait depuis quelques jours une polémique suite à certaines photos qui ont circulé sur les réseaux sociaux.

Les photos en question mettent en évidence une construction sur le toit de l’immeuble néo-mauresque 144 du boulevard Krim Belkacem, à Alger.

Les réactions sur les réseaux sociaux passent de l’ironie à l’indignation, et expriment un mécontentement face au vide juridique qui frappe l’urbanisation des constructions du 19eme siècle, et qui risque (dans ce cas de figure) de ‘’déraciner’’  l’architecture de la bâtisse.

L’architecte Larbi Merhoum, approché par le media TSA, confirme ce vide juridique : «  le patrimoine du 19eme hormis peut-être la grande poste ou les galeries algériennes ou encore le siège de la wilaya d’Alger, n’a aucune protection du point de vue de la loi » avait-il alors annoncé.

Hormis le problème d’urbanisation, et le respect des règles de construction, les internautes se posent aussi la question de savoir : à qui profite ‘’ce crime’’ et qui habitera le toit aménagé de l’immeuble haussmannien une fois la construction terminée ?

Face à cette indignation, la wilaya d’Alger a réagi aujourd’hui via un communiqué posté sur la page Facebook de la régie foncière de la wilaya ( RFVA)

Le message explique que les travaux en question font office de ‘reconstruction ‘ dans le but étant purement sécuritaire, et que pendant la période coloniale, une résidence était alors érigée sur le toit de cet immeuble, une résidence dont le toit s’était à l’époque effondré.

La RFVA précise aussi que la résidence est une propriété privée dont le propriétaire est titulaire d’un acte de propriété.

La régie explique par ailleurs que les travaux ont été lancés en collaboration avec le contrôle technique des constructions ( CTC ) et les services compétents de la commune, elle promet de maintenir le caractère architectural de la bâtisse.