Deux détenus algériens oubliés au camp de Guantanamo sans jugement

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme a exprimé ce mardi sa « profonde préoccupation à propos de l’oubli des deux prisonniers algériens (Abdelrazak Ali Abdelrahmane né le 17 juillet 1970 et Sofiane Barhoumi né le 28 juillet 1970) voués à une détention illimitée à Guantanamo sans aucune inculpation par les Américains ».

La LADDH rappelle que la prison américaine de Guantanamo qui se trouve à Cuba abrite encore officiellement 40 détenus sur 779 depuis l’ouverture du centre de détention le 11 janvier 2002.

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme croie que « la justice est un droit inaliénable que chaque être humain à le droit quelque soit le crime commis », et qu’il faut que « chacun puisse être jugé et qu’il puisse bénéficier des conventions internationales sur les conditions et les traitements en détention ».

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme appelle à cette occasion le gouvernement des Etats-Unis pour à mettre un terme à cette « parodie de justice », et à ces « détentions d’une manière totalement conforme au droit international relatif aux droits humains ».