Décès de l’avocate et figure féministe Gisèle Halimi

L’avocate et ancienne députée Gisèle Halimi, qui a défendu des militants FLN pendant la guerre d’Algérie et s’est battue pour la libéralisation de l’avortement et la criminalisation du viol, est décédée le 28 juillet à Paris, à l’âge de 93 ans ,rapporte l’agence de presse AFP.

«Elle s’est éteinte dans la sérénité, à Paris», a déclaré à l’AFP l’un de ses trois fils, Emmanuel Faux, estimant que sa mère avait eu «une belle vie»

Gisèle Halimi était une militante engagée. elle a défendu des militants du FLN dont Djamila Boupacha Durant la guerre de libération.

Particulièrement connue pour avoir fondé aux côtés de Simone de Beauvoir et Jean Rostand le mouvement «Choisir la cause des femmes», qui a milité en faveur de la dépénalisation de l’avortement, Gisèle Halimi s’était également engagée pour l’indépendance de son pays natal, la Tunisie.

Mère de trois garçons, dont Serge Halimi, directeur de la rédaction du Monde diplomatique, elle a confié qu’elle aurait aimé avoir une fille pour «mettre à l’épreuve» son engagement féministe.