Crise à l’APN: Said Bouhadja sur la sellette

Said Bouhadja, président de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), ne serait plus dans les bonnes grâces de l’entourage présidentiel, la rumeur de sa démission qui s’est ébruité depuis quelques jours fait encore écho, et certains médias ont même affirmé qu’il aurait déjà présenté sa démission. Said Bouhadja a très vite démenti l’information soutenant qu’il était toujours en place et que sa destitution devrait emprunter la voie légale.

Dans la version papier du quotidien El Khabar publié ce matin, on affirme que “la présidence lui aurait accordé 48h pour quitter son poste”. Des députés “indépendants” lui aurait conseillé vendredi de “se retirer avec honneur” et de ne pas conduire le parlement à une “situation d’impasse”.

L’article 131 de la constitution de 2016 énonce cependant que le Président de l’Assemblée Populaire Nationale est élu pour la durée de la législature ce qui constitutionnellement veut dire que Said Bouhadja devrait rester à la tête de la chambre haute du parlement jusqu’en 2022. Date de la fin de la présente législature.

Bouhadja a refusé de commenter les déclarations du Secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbas qui l’a pressé samedi, à partir de Médéa, de se retirer de la présidence de la Chambre basse du Parlement. Bouhadja aurait confié à ses proches qu’il pourrait trancher aujourd’hui, si la Présidence ne l’appelle pas