BCH, un an déjà…

Il y a un an jour pour jour, le 4 juin 2017, disparaissait à l’âge de 66 ans le fondateur et directeur du quotidien « La Tribune », Bachir Cherif Hassan dit BCH, figure emblématique du paysage médiatique algérien.

Tous ceux qui l’ont connu, collègues et amis, le décrivent comme un homme généreux, aimable, affable et d’une rare compétence.

« BCH comme l’appelaient ses amis et collègues, a tenu sa dernière réunion ce dimanche 4 juin 2017.

Tous les collègues de la Tribune, anciens et actuels, étaient présents. La réunion a commencé avant l’arrivée de BCH. La mise en place était nécessaire en raison de cette forte présence des journalistes qui ont répondu à l’appel du cœur.

La salle de réunion était le cimetière de Ben Aknoun.  Une réunion qui a débuté a 15h et s’est terminée à 18h. BCH aimait les réunion de rédaction qui s’allongent. Mais lors de cette réunion d’adieu, il n’a rien dit. Tous les collègues présents ont parlé de lui, ont raconté des anecdotes, ont partagé des moments agréables passés en sa compagnie…BCH n’a rien dit mais son ombre a plané sur cette ultime réunion de rédaction qu’il a présidée », racontait il y un an Abdelkrim Ghezali, ancien directeur de la rédaction de « La Tribune ». 

Bachir Cherif Hassan a fait ses débuts au journal El Moudjahid avant d’intégrer l’équipe de rédacteurs de l’hebdomadaire « La Nation ». Il a fondé en 1995 avec le regretté Kheireddine Amyar le quotidien généraliste francophone « La Tribune » qu’il a dirigé jusqu’à son décès.

Il a été chargé de la communication au ministère de la Jeunesse et des Sports durant l’année 1988 et a occupé le même poste auprès du chef du gouvernement de 1989 à 1990. Il a également été chargé d’assurer la communication durant la phase finale de la coupe d’Afrique des nations de football organisée par l’Algérie en 1990.