Amnesty International organise une campagne de solidarité pour #Khaled_Drareni : Le « Marathon des Lettres Écrire pour les Droits de 2020 ».

Amnesty International est une organisation non gouvernementale internationale qui promeut la défense des droits de l’homme et le respect de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

en Algérie, l’organisation est aussi présente, et a déjà réalisé plusieurs travaux et activités dans le domaine de la défense des droits de l’homme : »Nous sommes une association composée essentiellement de jeunes engagé.e.s pour la défense et la promotion des droits humains. Nous faisons partie d’un mouvement mondial de 7 millions de personnes » pouvons-nous alors lire sur le site algérien.

à partir de demain vendredi 20 novembre, et jusqu’au 31 décembre, l’organisation mondiale organisera le  : Marathon des lettres Écrire pour les droits, la plus grande campagne mondiale en faveur des droits humains.

selon Amnesty International : Des centaines de milliers de personnes dans plus 170 pays et territoires se mobiliseront pour la libération du journaliste Khaled Drareni dans le cadre de ce marathon des lettres.. »

sur le site d’Amnesty international, nous pouvons aussi apprendre que :

 »

Les membres et sympathisant.e.s d’Amnesty International en Algérie et dans le monde vont signer des pétitions en faveur de Khaled Drareni et d’autres défenseur·e·s des droits humains au Burundi, au Chili, en Colombie, à Malte, au Myanmar, au Pakistan, en Arabie saoudite, en Afrique du Sud et en Turquie.        »

Ils vont également leur envoyer des messages de solidarité : des lettres, des courriels, des tweets et des cartes postales… »

« Depuis 2011, nos membres et sympathisant.e.s en Algérie participent activement à cette campagne de solidarité internationale. L’année 2020, marquée par la crise sanitaire mondiale, rappelle la nécessité de se mobiliser pour promouvoir et défendre les droits humains partout dans le monde. »

Hassina Oussedik, Directrice d’Amnesty International Algérie :  » Le journaliste Khaled Drareni est un des 10 cas du Marathon des Lettres Écrire pour les Droits de 2020. Cette action internationale permet de faire pression sur les autorités et constitue une énorme source de soutien psychologique et d’encouragement pour ces personnes et leur famille. »

En 2019, six millions et demi d’actions ont été menées par les membres et sympathisant.e.s d’Amnesty International à travers le monde.  

«…Je suis libre car des personnes comme vous ont envoyé des lettres pour me soutenir. Après huit ans de prison et 800 000 lettres de sympathisant·e·s d’Amnesty International du monde entier, j’ai été libéré. Ces lettres m’ont permis de garder espoir. Je suis vivant aujourd’hui grâce à ces lettres. Donc vos lettres peuvent sauver une vie. » a déclaré Moses Akatugba, un adolescent nigérian condamné à mort lorsqu’il avait 15 ans.

« Certaines personnes pensent qu’une simple lettre ou une signature ne servent à rien mais lorsque des centaines de milliers ou des millions de personnes à travers le monde signent une pétition ou envoient des messages de solidarité, à des personnes enfermées dans des petites cellules, vous ne pouvez pas imaginer l’impact considérable de votre geste. N’hésitez pas à signer et à faire signer les pétitions,  à envoyer des lettres, cartes et dessins de solidarité car grâce à ces actions simples des personnes injustement emprisonnées ont été libérées, des détenus sont traités plus humainement.

Ensemble, nous pouvons changer les choses en faveur d’un monde où les droits de tous sont respectés.

Hassina Oussedik, Directrice d’Amnesty International Algérie.

Complément d’information :

Le marathon des lettres Ecrire pour les Droits est la plus grande campagne mondiale en faveur des droits humains organisée depuis 2002 par Amnesty International.

Des personnes dans plus de 170 pays et territoires écrivent des millions de lettres, courriels, tweets et pétitions pour des individus et des groupes qui ont été harcelés, menacés et emprisonnés uniquement en raison de ce qu’ils sont.

A travers ces actions, ils font pression sur des gouvernements, des dirigeant·e·s et des décideurs/décideuses pour faire bouger les choses en contribuant à la libération de militant.e.s et en protégeant des personnes qui luttent pour le changement.

Source : Amnesty International