Algérie-Etats-Unies: D’eventuelles sanctions contre l’Algérie en cas d’acquisition d’armes russes

 

La rédaction de Casbah Tribune s’est entretenue aujourd’hui avec Le porte paroles de l’Ambassade des USA en Algérie LaSean Knox-Brown, mais aussi, avec les porte-paroles du département d’état américain (Brian NEUBERT, et Erica CHILSANO), présents à New York pour l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Nous apprenons que des discussions sont actuellement en cours entre les Etats-Unis et l’Algérie concernant l’éventualité de sanctions contre l’Algérie en cas d’acquisition d’armes russes.

Ces discussions sont relatives aux dispositions contenues dans la loi votée par le Congrès américain baptisée : Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act (Loi pour lutter contre les adversaires de l’Amérique à travers des sanctions, ou CAATSA).

« L’article 231 de CAATSA impose des sanctions obligatoires contre toute personne que le secrétaire d’État détermine s’être sciemment, depuis le 2 août 2017, engagée dans une transaction significative avec toute personne identifiée comme faisant partie des secteurs de la défense ou des renseignements du gouvernement russe », a indiqué Erica CHILSANO, « Le but de ces sanctions est d’imposer une pression continue sur la Russie et contre sa politique d’ingérence notamment en Ukraine, y compris les cyber-intrusions, et les violations des droits de l’Homme », a-t-elle expliqué. Avant d’ajouter : «  Nous comprenons et respectons les choix stratégiques de l’Algérie en termes de transactions économiques, et de choix de partenaires, nous entretenons une relation solide et stable avec notre pays ami, et c’est pour cela que nous sommes en constante négociation afin d’aboutir aux meilleures solutions « diplomatiques » pour les deux pays. »

Brian NEUBERT, , a par ailleurs abordé la politique extérieure des USA, Il déclare entre autres :  « Le président TRUMP a une position très ferme, et sans concessions envers l’Iran qui est un fief du terrorisme, les pressions mises sur le régime de Téhéran, ont pour but de libérer le peuple iranien de cette oppression, nous avons rompu les contrats économiques que nous avions avec eux, même les plus onéreux, comme le contrat sur le nucléaire signé en 2016, … et à propos, la question du nucléaire est l’une des plus importantes, mais aussi les plus urgentes, la Corée du Nord doit à cet effet cesser toute activité dans ce sens, les pressions émises par Washington commencent à apporter des résultats… »

Questionnés sur le retrait des USA du financement de l’agence UNRWA en faveur des réfugiés palestiniens, les portes parole disent que Washington a déjà joué un rôle prépondérant dans la cause humanitaire en Palestine, en injectant des milliards de dollars au cours des dernières années, mais que des réflexions sont amorcées afin de trouver des alternatives… »

Pour rappel, Washington était le plus gros contributeur à cette agence, avec 350 millions de dollars/an