Abderrahmane Guilmellah : « Il n’y a aucune illégalité quand l’être humain réclame sa dignité »

Abderrahmane Guilmellah, responsable communication du personnel navigant commercial de la compagnie Air Algérie répond aux questions de Casbah Tribune à propos de la grève entamée par les hôtesses et stewards et de la réaction de la direction générale

Quelles sont les revendications exactes du personnel navigant d’Air Algérie ?

Nos revendications exactes sont les suivantes :
– L’annulation des suspensions des relations de travail des employés ainsi que celles des sept (07) syndicalistes.
– Annulation de toutes les poursuites judiciaires.
La prise en charge de nos conditions socioprofessionnelles que sont la fatigue destructive, la non application des accords dûment signés et enregistrés au niveau des autorités compétentes, les conditions de travail déplorables, le lieu de travail insalubre, le non respect du régime de travail, la programmation hasardeuse basée sur le favoritisme. Et le plus important de tout cela, la mauvaise gestion des ressources humaines et matérielles de l’entreprise.

Les débrayages inopinés sont-ils la meilleure manière de faire entendre ses revendications ?

2- Après avoir usé de tous les moyens pacifiques afin d’avoir réponse aux doléances du personnel navigant commercial, nous n’avions pas d’autres moyens de faire entendre notre détresse aux plus hautes instances.

Que répondez-vous à la direction générale qui déclare votre grève illégale et qui fait appel à un personnel de rechange ?

3- il n’y aucune illégalité quand l’être humain réclame sa dignité, le personnel navigant commercial réclame de meilleures conditions de travail dignes de son statut, tout en sachant que ces doléances ne coûtent aucun centime contrairement à l’affrètement d’un Airbus A330.

Concernant la sortie médiatique de l’un des responsables d’Air Algérie à savoir monsieur Charef au sujet du refus de laisser décoller les vols vers Djeddah et Médine, nous lui demandons une réponse à la question suivante : quelles sont vos priorités, les vols sur l’Europe ou à destination du pèlerinage tout en sachant qu’à aucun moment les responsables nous ont sollicités officiellement pour débloquer ces vols.